le #1ermai, l’Etat assassine. Ni oubli, ni pardon. #MalikOussekine

Ce 1er mai, comme tous les premiers mai depuis fort longtemps sauf à y être empêché de façon impérieuse, j’irai manifester pour soutenir les revendications des droits des travailleurs/euses.

J’y soutiendrai par ma présence des revendications qui prennent un sens progressiste, et non si terriblement régressif comme c’est actuellement le cas, sous les coups de boutoir indiscutables du macronisme autoritaire qui ne souffre aucune contestation, comme l’histoire des Gilets jaunes, et les multiples violences policières qui n’existent pas ¹ le soulignent si cruellement. Il est donc fort heureux que les victimes se regroupent en collectif pour défendre leurs droits,  face à un état aussi hermétique à toute remise en question, comme jamais…

Pourtant, malgré cette évidence de la violence de la répression, et quand bien même elle viserait à  s’opposer à quelques violences personnelles isolées, ou de quelques petits groupes sur-actifs mais minoritaires que l’on s’exagère, jusqu’à l’absurde, un député de LREM,  dans pareil contexte,  ose proférer l’invraisemblable, l’inadmissible, l’insupportable ;

(voir ici pour plus de détails)

Est-ce à dire qu’il faudrait donc prendre le risque dorénavant d’autres morts exemplaires  pour assoir à marche forcée l’ordre libéral-autoritaire, qui est selon moi une sorte de pré-fascisme « moderne » dont le macronisme est l’une des figures, comme le fut le thatchérisme ?

Voilà une idée qui me répugne profondément, infiniment.

Jean-Michel Fauvergue, je te conchie du plus profond de mon être, toi et tout ce que tu représentes. Tu es le symbole incarné de la violence qui ne s’avoue pas telle, cette violence symbolique qui nous est faites à tous, en situation de précarité, de minorité, de discriminations. Cette violence d’état qui peut tranquillement énoncer les pires saloperies de l’Histoire sans aucunement n’ être jamais inquiété. Une injustice profonde à mes yeux de défenseur des droits humains viscéral. Et dire que des gens comme vous prétendent s’ériger en modèles de vertu et ultimes remparts contre l’extrême-droite…

Le goût de l’ordre, au mépris de nos droits, est pourtant un marqueur d’extrême-droite. Et le mouvement auquel tu appartiens, Jean-Michel, nous a assez démontré factuellement à quel point vous n’étiez pas incompatibles, vous et les idées que véhicule le RN et les groupuscules identitaires satellites…

CQFD.

¹ Des violences policières qui n’existent pas pour ce gouvernement terriblement répressif comme jamais depuis fort longtemps, malgré les éborgnements, les mutilations, les atteintes répétées du droit de la presse à l’information (au point de s’en prendre physiquement aux journalistes), et les rapports nationaux et  internationaux qui s’accumulent… Ce tabou là risque fort de leur péter à la gueule, aux macronistes qui s’assoient sur les droits humains comme jamais depuis longtemps dans ce pays…