De l’entrisme des fascistes allemands chez les gilets jaunes en France #Strasbourg #AfD #NONazis

Vous trouverez ici des informations en anglais de l’un de nos camarades antifas allemand sur l’entrisme dont font preuve des militants d’extrême-droite allemands parmi les gilets jaunes. I/elle nous informe que depuis quelque temps, des paramédics allemands pas franchement démocrates et humanistes participent aux manifestations de Gilets Jaunes dans notre pays. Et comme ce dernier samedi, le lieu de ralliement officiel était à Strasbourg, ce n’en était que plus commode pour eux.

Hier, par exemple,  le fasciste Henryk Stöckl était à Strasbourg.  C’est un militant en vue de l’extrême-droite  allemande, du parti de l’ AfD, dont j’ai déjà détaillé ici le fond raciste et antisémite.  Certains de ses membres n’hésitent même pas à dévoiler en public leurs sympathies pour le nazisme. C’est lui, ici sur la photo de notre correspondant allemand :

 

…. et lui encore là, aux côtés  d’ Alice Weidel ou de  Beatrix von Storch, cadres de l’AfD :

Selon notre correspondant.e allemand.e, Henryk Stöckl n’est pourtant pas vraiment paramédic. Il ne fait que porter une veste paramédicale toute la journée, et porte du matériel paramédical, sur lui, mais n’a pas vraiment les connaissances de base pour exercer cette fonction. De là à penser qu’il peut mettre en danger les gens auprès de qui il intervient par son ignorance, il n’y a qu’un pas…

Les personnes qui figurent sur la première  photo de cet article appartiennent à l’environnement allemand Gelbwesten (gilets jaunes).  Mais les gilets jaunes, en Allemagne (comme en Belgique selon mes infos) n’ont rien à voir (ou pas totalement 😉   ) avec les gilets jaunes français. Ils  sont pour la plupart nationalistes et d’extrême droite.  Ils ne répugnent pas à accueillir parmi eux, par exemple, des nazis et d’autres radicaux d’extrême droite.

L’un des autres protagonistes, sur la photo est Robin Pur. Voilà ce qu’il publie sur ses comptes sociaux :

Le drapeau (noir blanc rouge) est le « Reichsdienstflagge », qui a appartenu à côté de la croix gammée au Reich allemand. Notre correspondant.e allemand.e nous fait savoir qu’Il/elle n’a « Malheureusement aucune information sur toutes les autres personnes. » Si quelqu’un.e peut nous aider à les identifier, je serai ravi de transmettre… de part et d’autre du Rhin. Merci pour votre attention.