procès #Baupin : #MeToo l’emporte par KO. Je suis JOIE.

D4g6DSSWsAA62gA.jpg

(Comment disait Claire, déjà ? Ah oui : Shèh ! Sale hypocrite… La fin de l’impunité pour les harceleurs sexistes ? )

Comme j’ai déjà eu l’occasion de le clarifier ici, notamment pour faire front face à d’autres moins scrupuleux, ma conception à moi (à moi seul ?) de l’antifascisme comporte en égales proportions de l’antiracisme, de l’anti-sexisme et de l’anti-capitalisme. Avec une dose de préoccupations environnementales par dessus le marché. Aussi ne puis-je qu’être satisfait à plus d’un titre d’apprendre que la manœuvre dilatoire de Denis Baupin,  vulgaire green-washer plus célèbre pour sa petite entreprise de harcèlement sexiste en série que pour son efficience en matière de lutte (réellement) écologiste, a échoué :

Capture.PNG

Sa minable tentative d’intimidation judiciaire pour faire taire à la fois les victimes de ses violences sexistes et la presse qui osait parler de son comportement abusif et oppressif (cf. #Balancetonporc et #MeToo)  s’est conclue par une fin de non-recevoir, claque magistrale dans la tronche de l’agresseur. Et pan dans les dents. Retour à l’envoyeur. L’arroseur arrosé. La justice n’a donc pas été dupe… Et c’est tant mieux !