Le #PrintempsRepublicain s’achète la Une de Marianne (surprise : leurs ennemis ne sont toujours pas les fachos)

Le républicanisme est un racisme, la suite…

Dis moi qui sont tes adversaires, je te dirai qui tu es/hais. Venant de Polony et de son torchon raciste aux unes racoleuses, qui cherche visiblement à faire concurrence à Valeurs (si peu) actuelles sur son propre sale terrain, comme je ne suis pas étonné… Pour paraphraser le slogan de ce blog, je dirai qu’ils arriveront à vous faire passer les antiracistes et les féministes pour  vos ennemi.e.s

D35i9_SWsAUKpuo.jpg

Mais vu le camp politique moisi, figé, passéiste, rétrograde dont il s’agit, ces nationalistes sournois que je ne cesserai de conspuer,  et sur lequel nous ne serons jamais assez nombreux à jeter notre opprobre, cette Une vomitive n’ en est que l’exacte représentation.  Pour les mieux informés et politisés, nous ne savons que trop bien quel genre d’individus précisément se cachent en effet derrière une telle offensive réactionnaire. C’est même signé : le Printemps Républicain. Cette réacosphère qui prétend être de gauche mais adopte tous les codes et les comportements asociaux de l’extrême-droite, qui ont les mêmes ennemis à s’y méprendre, épousant comme un gant les lassantes et continuelles polémiques racistes de la fachosphère. Le camp de Valls (que nous sommes nombreux à espérer voir  laminé à Barcelone)   Bouvet, et consorts, et derrière encore, les Boudjallah et les El-Khatmi... Toute cette communauté idéologique rance pour qui indigéniste est une insulte… 

On aimerait voir la même médiacratie s’en prendre aux racistes, aux identitaires (ce cache misère du nazisme même pas néo), aux xénophobes, aux sexistes, aux homophobes, aux cyber-harceleurs, et aux violeurs. Mais c’est tout le contraire qui se produit. On s’en prend à ceux qui, plus courageux que d’autres ( vous savez, cette majorité silencieuse qui fait les rois et les tyrans), osent défendre les minorités injustement opprimées, la cible des puissants et des parvenus, et ceux qui servent leurs minables intérêts matériels. Car ne nous y trompons pas : bien davantage que la morale ou les idées, ce ne sont pas les convictions, pour leur immense majorité que ces gens là défendent, mais bien leur petit commerce de la haine et ses petits producteurs locaux, toute une industrie bien française qui fait actuellement florès. Avez vous vu les mêmes vilipender les Zemmour, les Finkielkraut, les Renaud Camus ? Le patron de Biba ? S’en prendre aux sites les plus orduriers de la fachosphère ? Au terrorisme d’extrême-droite ? Que nenni. Et pourtant… Ne sont-ils pas objectivement plus dangereux et toxiques pour notre société que ceux qui tentent d’amener par tous les moyens une prise de conscience générale sur les méfaits du colonialisme et des sociétés patriarcales ?

Mais voilà… Cela n’est pas vendeur.

Capture.PNG