Le maire d’ #Allauch @rolandpovinelli #PS menace de mort un journaliste

Si l’on reconnait l’état d’une démocratie au sort qu’elle réserve à ses journalistes, la nôtre (vraiment ?) est bien mal en point. On en a la preuve régulièrement, mais en général, cela provient plutôt d’élus d’extrême-droite. (quoi, que, avec le macronisme, qui ne supporte tant rien que la vérité...).  J’ose donc espérer que cette affaire fera la une de nos journaux, tant elle mérite d’être soulignée à grands traits bien sentis par son caractère d’exemplarité publique… et comme elle illustre bien l’acuité du symptôme.

Certes, il n’y avait plus grand besoin de démontrer à quel point le parti dit « socialiste » s’est abîmé, depuis qu’il a couvé ce monstre qu’est Macron avec les résultats désastreux que l’on sait. Mais là, ce que j’ai dénoncé depuis bien des années en créant le néologisme de fauxcialisme ¹ trouve sa pleine illustration. Voilà donc un type, actuellement maire d’Allauch, dans les Bouches du Rhône, (et sénateur PS de 2008 à 2014),  mis en examen pour détournement de fonds publics, abus de confiance et usage de faux. Un type donc, toujours maire, qui avait embauché sa belle-fille esthéticienne comme assistante parlementaire, et pas vraiment pour ses compétences en droit public ou administratives, de son aveu même… ce qui caractérise précisément un emploi fictif.

Mais voilà que ses ennuis judiciaires n’étant même pas encore tout à fait terminés sur ce sujet là qu’il s’en invente un autre, en menaçant de mort le journalisme qui a enquêté sur ses turpitudes mettant à mal l’exemplarité de sa fonction publique :

Capture

Capture.PNG

Je comprends que ça énerve, pareilles révélations…. J’avais déjà évoqué la première ici. Mais bon, le même nous avait déjà habitués au pire… sur un autre registre :

BG7HzMWCAAAGzw7.jpg

… Socialiste, vraiment ? Et après on s’étonne…

¹ … une expression inventée pour dénoncer l’attitude particulièrement contradictoire, ostensible et incohérente des membres d’un parti devenu au fil du temps si peu compatible avec la belle idée socialiste originelle. Un PS dont le prétendu socialisme s’illustrait si bien alors (humour noir) par des gens comme Cahuzac ou Valls… peu suspects de gauchisme, ni de vouloir renverser la table pour opérer une nécessaire transformation sociale permettant de lutter contre les inégalités criantes de notre société. La suite a démontré à quel point j’avais alors tristement raison…