fRance, 2019. Démocratie : FIN #article35

« Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux. » (Benjamin Franklin)

.

ça y est, c’est fait…. Le texte a été adoptée par 210 voix contre 115 et 18 abstentions. Interdictions préventives de manifester, fouilles, délit de dissimulation du visage : la majorité sénatoriale de droite a approuvé le même texte que celui voté par les députés début février, dénoncé comme « liberticide » à gauche et critiqué par certains élus de la majorité présidentielle.(source)

La loi anti-casseurs, c’est plutôt très clairement dans l’esprit d’un Macron – dont on sait déjà avec le recul combien lui importe nos droits les plus fondamentaux – une loi anti-manifestation pour un autocrate qui ne supporte guère la moindre contrariété.

Les « casseurs », c’est eux : Macron et LREM

… qui cassent tous nos droits, que ce soit en matière de libertés fondamentales comme en matière de droit du travail et du simple droit de vivre dans la dignité. Nous avons une  mémoire… La société civile ne s’y est pas trompée qui avait déjà tiré la sonnette d’alarme par cette alerte de 53 associations et syndicats.

Capture.PNG

Même au niveau international, cette loi interpelle. Ainsi, trois experts indépendants des nations unies « ont exprimé leurs vives préoccupations [sur] certaines dispositions qui ne seraient, selon eux, pas conformes avec le Pacte international relatif aux droits civils et politiques auquel la France est partie […] Ces dispositions pourraient être appliquées de manière arbitraire et conduire à des dérives extrêmement graves. » (source).

Mais comme d’habitude le gouvernement reste sourd aux indignations même légitimes  et s’assoit dessus, préférant s’enfermer dans  une logique qu’eux mêmes condamnent en prétendant lutter contre les fakenews. De fausses informations dans l’intention de nuire qu’ils propagent eux aussi en prétendant pour seul exemple sur le sujet que les instances internationales qui dénoncent les abus sécuritaires ainsi que cette répression hallucinante de la France seraient à la solde de je ne sais quelle cause obscure, comme ils l’ont fait envers Madame Bachelet, accusée de tous les maux, en des termes si peu respectueux…. simplement parce que la commission des droits humains de l’ONU qu’elle préside a dénoncé en France l’usage excessif de la force« . 

Et voilà qu’avec cette loi, on s’enfonce encore plus loin dans la négation de toute velléité de rébellion… Nous en face d’un pouvoir qui cache jour révèle davantage sa vraie nature…

Aussi, la désobéissance devient un droit quand une loi n’est plus respectable, si injuste, et si liberticide  :

ob_95642a_download.png