Lisez ce texte, c’est un ordre ! (Crever le tabou de l’ #antisémitisme dans les milieux pro-pal: FAIT ) #UJFP

Capture.PNG

.

Sur « l’imbécile poison » que nous combattons, cet utile complément…

Il était indispensable de lever et de crever ce certain tabou là, qui fait honte à la gauche, de l’antisémitisme dans les milieux pro-palestiniens… Certains relents peu ragoûtants y donnent littéralement envie de vomir,  comme ce qui va suivre en traduit si bien l’atmosphère…. Si l’on se dit et se revendique antiraciste, où que l’on soit, il faut avoir lu ce texte. On y évoque le malaise, quand on est juif, de militer à gauche, alors que  se posera fatalement un jour la question du rapport au conflit israélo-palestinien, un terrain miné, partout dans le monde où il est si frauduleusement importé pour régler… d’autres comptes. LE juif est alors sommé de se justifier, jusqu’à sa propre existence personnelle, quand bien même il n’a jamais mis les pieds en Israël, et n’en est même pas originaire. Et pourtant…

 » Est-ce qu’il vous viendrait à l’esprit en rencontrant un arabe de lui demander son avis sur la politique coloniale de l’Arabie Saoudite vis-à-vis du Yémen ?  »

Ce texte relate simplement l’intervention d’un orateur lors du contre-rassemblement « Contre l’antisémitisme, contre son instrumentalisation, pour le combat contre toutes les formes de racisme » du 19 février 2019 organisé par l’Union des Juifs Français pour la Paix (UJFP),  en réaction à la grande messe républicaine « contre l’antisémitisme » place de la République rejointe par treize partis politiques. On y relate comment il est si difficile d’être juif et de militer à gauche, et à quel point on se sent terriblement isolé. Voilà qui m’est proprement insupportable. On y décrit factuellement à quel point de violence et d’agression antisémite, intolérable en pareil lieu au vu de l’objet de ce rassemblement,   des voix discordantes et ouvertement racistes se sont faites entendre, sous couvert d’anti-sionisme, qui dissimulent bien mal un réel antisémitisme, bien loin de la belle unanimité nationale sur le sujet… Et cela, tenez vous bien, sans que les organisateurs ne daignent les faire taire, renvoyant dos à dos deux orateurs et les agresseurs antisémites  » ( « va régler ça en dehors de la manif avec lui »). Profondément intolérable à mes yeux, mon cœur, et mon esprit, comme à mes convictions. Représentants de l’UJFP,  comme j’ai honte pour vous.  Voici un extrait pour mieux comprendre ce qui m’indigne :

Précisions

Dès la première phrase de mon intervention qui contient deux mots en hébreu, j’entends « ha, ça commence bien » dans la tribune derrière moi. Dans le public, ça hue, j’entends « Provocateur ! Sioniste ! ». Mon intervention terminée, je rends le micro et fais quelque pas pour reprendre mes esprits, sortir de la stupeur de ce moment bizarre. Je me fais assaillir par des gens qui veulent débattre, des gens qui veulent prendre mon numéro, des gens pas d’accord, des gens venus me soutenir. Puis j’entends ma camarade en train de parler. Plusieurs personnes hurlent pour couvrir sa voix et tentent de lui arracher le micro des mains, dans le public également « Ta gueule ! Ferme ta gueule, provocatrice ! » même si on entend aussi quelques applaudissements. Elle termine sa prise de parole par « et si ça bouge dans la tête des gauchistes et bien Mazal Tov comme on dit chez moi ! ».
Le micro à peine rendue, une femme vient la voir : « j’ai beaucoup apprécié ce que t’as dis mais je voudrais te dire quand même…. les juifs sont un groupe fermé ». Une deuxième : « je voudrais te poser une question, tu as dit « chez moi » mais c’est où ? c’est pas en France ? c’est en Israël ? ». Les débats deviennent houleux, on éloigne la personne. À côté, un gars ricane, il dit « ici collectif quenelle 92 »… il se met sur le petit muret et fait une quenelle. Une jeune juive l’invective avec vigueur… Sur place, une partie des gens disent à cette dernière de se calmer : « va régler ça en dehors de la manif avec lui »…
Le climat et les incidents qui ont entouré nos prises de parole relèvent autant de la crétinerie que de la haine viscérale des juif-ves. Le plus étonnant a été la non-réaction absolue des organisateurs. En tant que juif engagé dans les luttes sociales, il a été très difficile d’accéder à la parole. Cette même gauche antiraciste ne prétend-elle pas valoriser la parole et l’auto-organisation « des premiers/premières concerné-es » ? Les communiqués faisant suite à ce rassemblement font état d’un succès total, je lis même que Ménilmontant serait « la capitale de l’antiracisme ». Lutte-t-on contre le racisme en se contentant d’énoncer ses désirs ?

Et c’est signé, ici, « Un juif communiste« . Et bien moi, Monsieur, qui suis athée libertaire de gauche, comme j’aime à me définir,  je tenais à vous dire, haut et fort, que vous soyez communiste, socialiste ou anar, et même de droite, tiens (mais ce serait plus étonnant en pareil lieu), tout simplement ceci : Merci. Cela m’a fait du bien (mais pas que, bien sûr : du mal,  aussi) de lire ces paroles de témoignage, et le contexte autour. Comme l’illustration factuelle de quelque chose qui se murmurait de proche en proche, qu’on n’osait pas dire ou crier trop fort, que d’autres susurraient, et qui se taisaient à mon approche,  car c’était leur famille politique qui en était responsable,  et qu’il ne fallait surtout pas la fracturer, n’est-ce pas…

Je n’ai personnellement jamais été témoin de ce genre de choses là,  pour sûr, sans quoi j’aurai aussitôt réagi comme ceux qui me connaissent le redoutent tant, avec ma vigueur et mon énergie vitale, mes tripes, mes émotions, mes convictions, qui parfois se bousculent si fort qu’ils me rendent bien malhabile à parler en public, troublé par l’émotion qui alors m’étreint… et étrangle ma voix, raison pour laquelle je préfère et de loin écrire. Mais ma colère ce serrait vue, alors, indubitablement. Ne serait ce que par un cri : de rage et d’indignation, ou ce qu’il en reste, sorti de ce corps et de cette bouche qui parfois me trahit…

Monsieur le « Juif communiste », je voulais vous dire à quel point je  suis éminemment et profondément ému, touché par votre courage (comme il a du vous en falloir pour aller là, et affronter ça) et votre dignité en pareille circonstance. D’autres n’auraient pas eu votre cran, ni votre patience… Comme j’aimerais vous connaitre.  Aussi,  diffuser ce texte m’est un honneur. J’espère cependant qu’il y aura d’autre passeurs, en grand nombre, afin que ce genre d’agissements, rendus possibles par l’inaction de la masse silencieuse, cessent définitivement. Il en va du retour de la crédibilité de la gauche, déjà bien mal en point, toutes familles politiques confondues, dont la mienne, qui n’est probablement pas exempte de ce genre de saloperies là…

L’occasion également de saluer le travail du réseau mutu, en cours de structuration – ça fait plaisir à voir, ce tissu de médias alternatifs ! 🙂  ) duquel fait partie Paris Luttes Info, avec qui j’ai eu déjà quelques convergences) sur lequel est diffusé cet article… Ils fêtent leur 5 ans. J’ai vu et lu quelle masse de travail était nécessaire à l’édification de tout ça, et combien les petites mains étaient trop peu nombreuses (si je peux aider, bien que je sois en province, et non sur paname, me faire signe, vous savez où me trouver… ). Rendons leur hommage comme il se doit : en en diffusant par exemple le meilleur, comme ici. Merci pour votre attention).

Capture.PNG