#terrorismeXdroite : la dissolution du #BastionSocial, nécessaire mais pas suffisante

 

En voyant poindre cette déclaration d’intention, je me suis dis  » Tiens, intéressant… Le pouvoir prendrait-il enfin l’exacte mesure des choses, en matière de violences et d’agressions racistes, après un ministre de l’Intérieur si étrangement complaisant avec les nazillons ? Voilà qui est plutôt encourageant… « 

Mais à peine le voile de l’illusion levé, je retombais bien vite dans l’ aquoibonisme de circonstance en pareille occasion… Vieux briscards de l’anti-racisme, nous savons bien tous en effet à quel point la dissolution des groupes néo-nazis ne sert pas à grand chose, si ce n’est à éparpiller leurs jeunes loups dans la nature, pour qu’ils réapparaissent sourire aux lèvres dans d’ autres groupes tout aussi nocifs pour notre commune humanité quelques mois plus tard… L’entrave à leurs si mauvaises mœurs éminemment toxiques n’est en général que de bien trop courte durée.

Les Ayoub, les Benedetti, les Gabriac  peuvent continuer de sévir en propageant leur idéologie monstrueuse sans guère de contre-feux opérationnels flagrants. Pire, on les invite même en toute tranquillité sur certains médias… et pas seulement d’extrême-droite, comme on a pu le constater à la suite du meurtre de Clément Méric.

Certes, il est clairement nécessaire et salutaire, question de salubrité publique, de lutter contre l’inquiétante prolifération des nids de fascistes du Bastion dit Social (ça reste à prouver… à moins que ce ne soit à coups de savate, comme à Marseille), je suis le premier à le revendiquer haut et fort.

Les multiples agressions racistes dont ils sont à l’origine ne sont pas pour rien dans la déclaration de Macron, et il devenait de toute évidence difficile de continuer à nier ou à minimiser leur dangerosité, comme je ne cesse de le démonter ici factuellement. C’est d’ailleurs pour cette raison fondamentale, fondée en droit (voir ci-dessous), que le gouvernement et son chien de garde grotesque, Castaner, se sont en fin décidés à agir contre ces terroristes d’extrême-droite, et non en raison de l’actuelle lutte contre l’antisémitisme (très présent également au Bastion social), comme nous le prouve cet article de Médiapart.

Et pour ceux qui douteraient encore de leur violence et du caractère terroriste de leur formation, ces autres extraits, et surtout, cette image, terrible… :

source Médiapart déjà citée

.

… et ici, où l’on relate les interpellations de deux membres du Bastion Social suite à  l’occupation de l’Arc de triomphe et à ses dégradations par des Gilets jaunes :

source médiapart déjà citée

Pourtant, malgré l’ensemble des éléments à charge, voilà qui n’empêche nullement le parti fasciste pudiquement rebaptisé en RN de soutenir  ces nazillons du Bastion Social… J’ose espérer que le gouvernement dissoudra également,  si possible dans l’acide compte-tenu de leur lâche agression d’un groupe du NPA, non seulement le Bastion Social mais son ersatz hooliganiste, les zouaves.

Mais venons en au cœur du sujet qui m’occupe ici : l’efficacité de la dissolution de groupes fascistes. j’ai bossé (un peu) mon sujet, et il m’apparait que bien que la réponse puisse paraitre avoir déjà été donnée par les suites de l’affaire Méric et de la dissolution des JNR et de Troisième Voie, dont on ne voit que trop bien ce qu’elle a donné, on peut apporter une réponse quelque peu plus nuancée qu’à mes ordinaires habitudes.

«En cas de reconstitution de ligue dissoute, les auteurs sont interpellés, placés en garde à vue et traduits devant la justice»

Dégainer l’article 212.1 du Code de la sécurité intérieure n’est cependant pas sans conséquence. Car si la dissolution ne garantit en rien la disparition d’une association,  il est toujours possible de prononcer dans la foulée la liquidation de ses biens et le gel de ses avoirs financiers… Et quand on touche au nerf de la guerre, comme nous l’avons déjà clairement démontré avec l’action des Sleeping Giants en matière virtuelle, sur le front de la lutte contre les sites haineux, si étroitement complémentaire de celle sur le terrain, c’est généralement plutôt efficace, si l’on en juge par la réaction des principaux concernés… Et c’est tant mieux.

Nota bene : quant à l’annonce de la dissolution, outre celle du Bastion Social, de Combat 18 et de Blood and honour,je vous renvoie à la rubrique RAC de ce blog. C’est tout ce que cela mérite comme commentaire (ironique) de ma part.

 

Lire aussi 

Post-scriptum : et si d’aucun(e)s avaient du mal à les trouver, les neuneus en question, moi, j’ai bien ma petite idée, comme ça, en passant, vu qu’ils se trahissent eux mêmes entre eux, ces cons :

Post-scriptum 2 : vu sur [vigilance Isère Antifasciste]

Pas faux…

Capture.PNG