Appâté par un titre d’article de France Bleu dans mon lecteur de flux d’infos, je me suis demandé pourquoi le Préfet de l’Hérault en particulier (oui, pourquoi lui ?) était auditionné par cette commission d’enquête dont j’ai déjà évoqué ici la création.

Capture.PNG

… Alors, je suis allé voir… Mais c’est bien sûr !

Capture.PNG

Il faut dire qu’il y a de la matière…

Sur les Brigandes, la collusion de la municipalité de la Salvetat sur Agout, et leur gourou, Joël Labruyère… administrateur en chef de « La Nation libre ». Et sur les ennuis de notre camarade Thiéry Canals, qui s’y oppose courageusement…

Sur la Ligue du Midi et le clan Roudier, leurs démêlés avec la justice, leur particulière dégueulasserie (s’en prendre aux enfants, c’est pô bien !), leur contribution particulière au démontage de gueules d’étudiants à la fac de Montpellier (raison pour laquelle le doyen Pétel et Coronel de Boissezon ont été justement sanctionnés),

Sur Génération Identitaire, et plus particulièrement dans l’Hérault… Ses rapports étroits avec le FN/RN, où leur présence masssive n’est plus à démontrer, leur pratique méthodique des fakenews, leur coup de com dans les alpes et la contre offensive bien plus massive, comme dab,  l’histoire éclairante de la Citadelle de Lille, sa célèbre galerie de portraits…  Ses infectes tentatives de récupération politique d’ignobles faits divers, sa virée ridiculisée à Londres, ses escroqueries en bande organisée, sa haine légendaire des migrants qui leur fait si ostensiblement cracher sur les morts de Méditerranée..

… Parce que par contre,  pour ce qui concerne l’article de France Bleu, dont la fin il est utile de le signaler en terme de propagande libérale met dos à dos extrême droite et extrême gauche – quel lieu commun de la non pensée – je n’ai rien appris que je ne sache déjà…

Ah si, juste un détail, qui cependant en dit long, sur la réelle volonté des autorités de lutter contre les propos racistes, antisémites et xénophobes :

Questionné sur le fait que les Brigandes interprètent impunément des chansons dont les paroles pourraient tomber sous le coup de la loi, Pierre Pouëssel précise avoir fait un signalement auprès du procureur de la République de Montpellier en vertu de l’article 40. C’était en 2017 et depuis, aucune nouvelle.

Voilà, voilà…