[Voilà un autre biais qui permet de rebondir sur le débat d’hier, et de définir plus précisément, de mon point de vue, l’antifascisme dont nous voulons, et qui ne s’est jamais montré depuis longtemps si éminemment nécessaire vu le contexte. Aussi, il convient de se montrer de plus en plus clair et net pour éviter toute ambiguïté, et distinguer qui sont nos alliés, et nos opposants. Et il est indéniable que cet étonnant moment historique des gilets jaunes est en train de faire le tri parmi nous. je tape dans le tas, chacun.e reconnaîtra les sien(ne)s… 😉 ]

Question du jour : peut on signer des appels dont l’objet, du moins en partie, pourrait être éventuellement louable en soi, mais avec des gens problématiques ? Illustration :

Comment disent les jeunes, déjà ? Ah, oui : quels sont les bails ? Les voilà :

capture
source

… Le texte est ici :

Capture.PNG
aller plus loin

Capture.PNG

Réagissant à chaud sur cet énième appel (les appélistes se font légion, en ce moment. On n’arrive plus à suivre… Ralentissez le rythme, bordel !), je n’avais pas vu que ça provenait de Le Média. Sachant ce que je sais de ce bousin problématique là, qui ne répugne si visiblement pas à abriter des complotistes et confusionnistes politiques de tous poils (Annie Lacroix-Riz, Claude El Khal, Kévin Boucaud-Victoire, Berruyer, Aude Lancelin ¹, et j’en oublie certainement)), ça part déjà d’un mauvais pied. Sans parler d’autres personnalités problématiques qui ne m’ont pas particulièrement marqué par leur gauchisme notoire, comme Polony, ou dont l’antifascisme laisse franchement à désirer comme Hazan. Et sans parler non plus (ça commence déjà à faire beaucoup…) de l’appartenance idéologique de ce média là, également discutable d’un point de vue antifasciste. Je ne comprends d’ailleurs même pas qu’on puisse se revendiquer antifasciste et militer pour LFI, vu ses positions et celles de ses cadres, avec de véritables divergences idéologiques sur des sujets tels que l’immigration, le sécuritaire, le positionnement vis à vis du nationalisme et son cousin, le patriotisme, ou même la représentation populaire (exit, le RIC ! ²) . Une vraie soupe républicaniste-nationaliste-poujadiste-complotiste- plus qu’indigeste qui nécessiterait bien des clarifications. Le cas Vukuzman/Kuzmanovic est d’ailleurs assez emblématique de la confusion idéologique qui règne dans ce mouvement là, et de ce que je veux dénoncer. Une certaine presse main stream a donc beau jeu de se faire le haut-parleur des tergiversations idéologiques et stratégiques de leur maître à tous. Bref.

Ensuite, quand on lit la liste des premiers signataires de cet appel, ça sent le traquenard. Un vrai panier de crabes, qui brasse si large qu’une chatte  n’y retrouverait pas ses petits. Entre Michéa (plus confus, tu meurs), Filoche (qui décidément, est constant dans la récidive…) , Hazan qui a des amis à l’extrême-droite, et les azimutés du bocage qui complètent leur érudition sommaire tout comme l’exercice de leur sens critique atrophié dans les pages jaunes de fesse de bouc,  comme Drouet, ou étudient leurs lettres classieuses sur You Tube, comme Flye Rider (Maxime Nicolle), ya pas moyen, vraiment. ça sent trop fort. Si rouge brun est une réalité, elle est dans cette liste là. ça schlingue, grave.

Capture.PNG
source

Et je m’interroge donc sur l’opportunité pour un antifa d’adhérer à pareil appel sur la seule base qui m’était apparue en choppant (trop) rapidement cette info au vol : le fait qu’effectivement, ce pouvoir aux abois est en train de saper les fondements mêmes de la démocratie par des déclarations à l’emporte-pièces qui mettent le feu aux poudres, par des pratiques policières injustes et illégales, et mutilantes qui s’en prennent à des manifestants pacifiques, et par des atteintes graves et juridiquement fausses à la liberté de manifester. En cela, je ne peux que rejoindre ce point précis du texte :

Capture.PNG

Les violences policières, et plus particulièrement l’usage immodéré des LBD, (une véritable arme de guerre, visiblement, au service du seul programme social que connaisse ce gouvernement macroniste), est en effet, indéniablement, et factuellement, une source de conflit, d’incompréhension et d’indignation,  pour toute la population qui s’oppose au régime actuel, et qui en a encore constitutionnellement le droit, jusqu’à preuve du contraire… Les gens de gauche le savaient déjà, avec les nombreuses violences policières constatées pendant la loi travail.  Que les gens de droite jusqu’à ses extrêmes le découvrent aussi me fait bien marrer, eux qui n’avaient pas de mots assez durs quand c’était nous qui étions visés…

Capture.PNG
sources

Mais cette question ne justifie pas, pas plus qu’un pugilat avec un flic (suivez mon regard), qu’on ferme les yeux sur l’adversaire, qui est autant du côté de Macron que des fachos. Souvenez vous : Ni le Pen, ni Macron.

index.jpg

Et d’ailleurs, aujourd’hui, avec le recul de l’histoire, je dirais plutôt : ni Le Pen, Ni Macron, Ni Mélenchon. Nous n’avons pas besoin de patrons pour guider nos vies. Qu’ils confisquent pour entretenir les intérêts de la leur. Toujours se montrer vigilant, en alerte, surtout à l’époque de l’immédiateté des chaînes d’info en continu et des réseaux sociaux. Prudence, prudence… Savoir raison garder.

Capture.PNG

Voilà, c’est tout.

Moi, j’attends juste que les gilets jaunes se désolidarisent un peu plus clairement et aussi médiatiquement, comme ils en ont le secret, des propos et des actes  racistes, xénophobes, antisémites et sexistes, surtout quand ils sont commis par les leurs, point barre. C’est pour moi un point non négociable. Tout le monde n’est en effet pas obligé  d’être anarcho-communiste libertaire (pour reprendre les pots d’un autre « antifa » cité ici.. ) pour devenir révolutionnaire (si tant est que les gilets jaunes le soient. A creuser… ).  Mais si débat il doit y avoir, ce ne sera certainement pas avec des gens qui ont des biais discriminatoires (racistes, sexistes, homophobes, pauvrophobes) qui ne permettent pas aux autres de parler avec eux d’égal(e) à égal(e). Car ça, c’est la base de toute discussion. Sinon, ya pas débat.  ça fausse tout.

Alors, pour l’instant, sans moi. Je ne mettrai les pieds dans une manif de Gilets jaunes que pour en dégager les fachos, point barre. Next.

¹ … dont j’avais pourtant pensé beaucoup de bien, dans un premier temps.

² Sur le RIC, j’adhère d’ailleurs assez à ce que dit le Pavé Brûlant (suite à mon billet d’hier), sur le sujet :

Capture.PNG