70 députés demandent la dissolution du Bastion Social

Nul n’est plus sensé l’ignorer, de nombreux incidents et agressions, dont certaines particulièrement violentes, ont eu lieu autour des nids de fascistes du Bastion Social, cette médiocre tentative de ravalement de façade d’un Gud de sinistre mémoire… La question de leur fermeture (des solutions existent) se pose donc officiellement, sans que le pouvoir macroniste ne puisse à présent l’ignorer encore sans se décrédibiliser davantage sur ce front là…  Car il a pourtant,  pour l’instant, malgré la nécessité de lutter contre ce fléau fasciste, fermé les yeux sur cette organisation terroriste d’extrême-droite. Il faut dire que c’était sous le mandat et le ministère de leur complice identitaire, Gérard Collomb, qui en avait déjà été le misérable précurseur en la matière dans sa bonne ville de Lyon…   N’est-ce pas en effet la seule ville de France où une véritable No Go zone raciste,  celle de la vieille ville (dans laquelle deux lycéens ont été sauvagement poignardés dans le dos cette année encore, il est utile de le rappeler),  a pu se développer grâce à son inaction patente ? Ce week-end encore, une cinquantaine de ces bas de plafond là a pu défiler en toute impunité à la Croix-Rousse, en intimidant ses habitant.e.s… Ce qui a entraîné une riposte immédiate de nos camarades antifas lyonnais :

Capture.PNG
source

Aussi, j’accueille avec une certaine satisfaction – mêlée toutefois de circonspection – l’initiative de ces 70 députés (de la majorité, LREM et Modem, ce qu’il est utile de savoir…) qui demandent publiquement dans une lettre ¹ au Premier Ministre la dissolution de ce mouvement fasciste violent :

Capture.PNG
source

“Organisation de camps d’entraînement, maraudes basées sur des critères raciaux et tapages répétés imposant un quotidien insupportable aux riverains, leur activité associative qui va à l’encontre des principes républicains appelle à leur dissolution. Nous appelons, par ce courrier, à l’application par le Premier ministre des dispositions de l’article L. 212- 1 du Code de la sécurité intérieure permettant la dissolution du Bastion social par décret en conseil des ministres”, concluent-ils. (source)

…  Bien que je sache déjà que la dissolution de groupes fascistes – comme on a pu le constater par nous-mêmes à propos des JNR et de 3ème voie suite au meurtre de Clément Méricpose question quant à son efficacité, je salue toutefois cette demande officielle comme il se doit. Elle va dans le bon sens dans la mesure où elle permettrait de porter un coup d’arrêt, quand bien même il serait peut-être temporaire, à l’extension de ses verrues fascistes dans tout ce pays. Et puis tout ce qui peut affaiblir notre ennemi, s’il ne le détruit pas, nous (me) met en joie. Continuons cet indispensable et salutaire combat. Pas de répit pour la peste brune.

¹ Lettre rédigée par le député du Rhône Thomas Rudigoz, Thierry Michels (député du Bas-Rhin), Patrick Mignola (député de Savoie) et Anne-Laurence Petel (députée des Bouches-du-Rhône) (source)

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s