Sur l’air de la « pression migratoire » à #LFI (spoiler : ça rend idiot)

Capture.PNG

Manuel Bompard se qualifie de  » Directeur des campagnes de la «  sur son compte twitter, ce qui n’est pas rien, ni anecdotique. Aussi, son positionnement est-il plus qu’engageant pour le parti/mouvement/grand machin qu’il représente indubitablement. D’autant plus qu’il cherche visiblement à se faire bien voir de sa hiérarchie en prenant le risque d’une sortie publique sur un terrain plus que glissant, sur lequel son mouvement est de l’avis de beaucoup plus qu’ambigu. A force de vouloir ménager la chèvre et le chou, une chatte n’y retrouverait pas ses petits. On en arrive à devoir lire entre les lignes, exercice toujours propice à bien des malentendus…. Chacune des déclarations des  pontes de LFI  ne fait d’ailleurs que le confirmer, en rajouter, aggraver ce sentiment, et pas seulement chez moi… Le texte de Bompard accentue l’impression générale par l’ exercice de contorsionnisme assez  ridicule qu’il représente, comme je le lui ai fait savoir directement sur place, n’étant point hypocrite.

Capture.PNG

Ce thème de l’immigration a déjà été balayé avec plus moins de bonheur par Kuzmanovic et  Garrido, avec la réaction que vous savez… On y verra d’ailleurs d’étranges similitudes et points de convergence, qui ne doivent rien au hasard…. Au point que Martinez en soit arrivé à devoir leur faire la leçon… Un comble.

On aurait apprécié que les « insoumis » (sic) aient la même hauteur de vue…. Des divergences de fond, venant de moi, encore, quoi de plus naturel, en somme ? Je suis antifa, pas l’un de ces bisounours prêt à avaler toutes les billevesées compromettantes de la terre sur le sujet, sous prétexte de faire parti(e) de. Voilà. Tout est dit, me semble-t-il. C’est exactement cela que je reproche entre autres au texte de ce Monsieur, visible ici, sur lequel chacun.e pourra se faire son opinion. « Quand la vérité n’est pas libre, la liberté n’est pas vraie« , disait Prévert. Et il se trouve que la parole de ce Monsieur, malgré ses convictions, est contrainte par son appartenance, et muselée par son mouvement, qui a déterminé doctement qu’il fallait agir sur les causes de l’immigration, en se positionnant contre la mondialisation capitaliste. Comme si LFI était antica… Grotesque.  Et pendant ce temps là…

Alors, entre ça et le reste….  Suivez mon regard…

(Si l’extrême-droite devient un interlocuteur fréquentable pour LFI, comme j’en ai de plus en plus l’impression, qu’ils me le disent en face, et je ne perdrai plus mon temps). 

Pour résumer plus abruptement :

Capture