Sur les violences aggravées du #BastionSocial de #ClermontFerrand

 » Madame, je ne défendrai pas votre ami, car nous n’avons pas de valeurs communes, et pour des raisons qui m’appartiennent je me refuse de le défendre. Nous allons donc demander le report de l’audience, et je vais vous donner le numéro d’un confrère qui saura le défendre mieux que moi » (l’avocate de Tristan, l’un des agresseurs du »Bastion Social »).

Les violences de l’extrême-droite française sont tellement devenues de plus en plus courantes et tristement banalisées dans ce pays que j’ai presque du mal à suivre, malgré ma vigilance…  Hier, au tribunal, avait lieu en effet l’audience en comparution immédiate de 3 des 4 militants * du Bastion dit « Social » de Clermont-Ferrand, jugés pour avoir violemment agressé quatre passants dans la nuit du 8 au 9 septembre, alors qu’ils passaient devant « L’Oppidum », le local du Bastion social implanté rue de la Treille, dans le centre ancien de Clermont-Ferrand, vers 2 h 30 du matin.

(*) Le quatrième suspect a été mis hors de cause. S’il était bien présent au moment des faits, il n’aurait cependant porté aucun coup.

Deux d’entre eux ont été pincés chez un habitant de Mommenheim, en Alsace, où ils avaient pris la fuite après l’agression.

Toujours la même rengaine, après le procès des assassins de Clément Méric, sur le registre du « J’ai fait des conneries, mais j’assume pas. D’ailleurs, je ne suis plus un militant fasciste, et n’ai rien à voir avec le nazisme… « . Ils prétendent en effet avoir quitté le Bastion Social. Pourtant, les faits sont têtus… A la lecture de cet article un peu plus détaillé que ceux de la presse mainstream, on apprend que ces gentils petits bisounours n’en sont pas à leur première affaire de droit commun…

Tristan, qui est un récidiviste, déjà sous contrôle judiciaire, et détient un casier judiciaire bien chargé: Violences en réunion, port d’armes illégal, faits de violences. Pour cet originaire de la Roche-Sur-Yon, son dernier délit raciste remonte à mai dernier: il s’en était pris à un sportif en lui proférant des insultes raciales. Ce qui lui a valu sa mise sous contrôle judiciaire (source)

Quentin, président du Bastion Social local, lui aussi est déjà sous contrôle judiciaire. Après avoir étudié la biologie, il a intégré dernièrement un BTS pour des études notariales. En parrallèle, il est condamné pour dégradation et faits de violences. Il sera d’ailleurs jugé le 6 décembre prochain à Lyon pour faits de violences en réunion. Le jeune homme doit travailler à mi-temps pour financer ses études. Tout comme pour Tristan, l’avocat commis d’office n’assurera pas sa défense. Il ne se lèvera d’ailleurs même pas de sa chaise.(source)

Luidgi, le troisième homme prévenu dans cette affaire a un casier vierge. Il a juste écopé d’une amende de 90 euros pour conduite en état d’ivresse. Il est cuisinier à temps plein en CDI, dans un restaurant place de Jaude. Il est défendu par le désormais célèbre maître Portejoie. (source)

(ll se trouve, simple coïncidence n’est-ce pas, que le conseil régional d’Auvergne a retiré en 1997 à Claude Jaffrès,  le père de Luidgi, ses délégations dans les conseils d’administration des lycées. L’élu FN avait été condamné le 1er avril à Strasbourg à un an d’emprisonnement avec sursis et deux ans de privation de ses droits civiques, civils et familiaux, pour «abus d’autorité et usurpation de fonction». Trois membres du DPS, le service d’ordre du Front national, avaient été condamnés aux mêmes peines. Tous quatre étaient poursuivis pour avoir, lors du congrès annuel du FN à Strasbourg, contrôlé deux jeunes gens dans la banlieue de cette ville en se faisant passer pour des policiers. (source)

(Le DPS aurait -il formé Benalla ? Etonnant télescopage de l’actualité, n’est-ce pas ? ).

A  l’heure où d’aucuns glosent sur la nécessité ou non de l’éventualité du recours ou pas à la violence (je me suis déjà exprimé sur le sujet), il importera pour se forger une idée du comportement de chacun.e de savoir à qui l’on a affaire, et comment les agresseurs ont dû s’acharner, pour que l’une des victimes se retrouve avec une double fracture…

Les raisons de ce déferlement de violence ? L’un des piétons aurait lancé, en passant devant le « bar associatif » du Bastion : « C’est le local des fachos ». Ce qui aurait provoqué la réplique immédiate et particulièrement brutale d’un groupe de militants présents à ce moment-là. L’une des quatre victimes, grièvement blessée à une jambe lors de cette agression, s’est vu reconnaître soixante jours d’ITT. (source)

Il ne fait pas bon dire la vérité, face à ces bas de plafond là…  Alors, un conseil, même si vous avez raison : protégez vous. je dis ça, je dis tout. Nous n’avons pas affaire à des enfants de coeur, ni à des fachos d’écran, comme je les nomme… pour de bonnes raisons. Ceux qui savent comprendront. Next.

(Rendez-vous ici pour la suite le 19 octobre :