Pourquoi Macron ne vaut pas mieux qu’Orban et Salvini

Capture.PNG
source

A  Copenhague, Macron s’est donc posé une fois de plus de manière aussi ostentatoire que profondément mensongère en défenseur des droits humains. L’hypocrisie du double discours, marque caractéristique et emblématique du macronisme, est à son comble. Je ne pouvais pas laisser passer cela, surtout sur le champ qui est le mien ici. Oser se poser en adversaire de l’extrême-droite, lui, quand on connait les compromissions qui sont les siennes, comme je l’ai encore démontré hier

Quand on sait ce que je sais en matière de gestion par le gouvernement de l’immigration dans notre pays, où les lois comme les actes n’ont jamais été aussi coercitifs envers les étrangers, il y a de quoi s’étrangler. Il nous suffira de récapituler tour à tour les violences policières envers les migrants à Calais,  où le sadisme de l’Etat a pris des proportions inégalées,  et où une maire, encouragée par les pouvoirs publics,  a cru utile de priver de nourriture des migrants, heureusement contredite par la justice… Ou le fait de criminaliser aussi systématiquement à travers la France l’action pourtant utile des bénévoles aidants, dont un Cédric Herrou est si symbolique… Il est d’ailleurs hautement nécessaire de rappeler à cet endroit quil a fallu que le Conseil Constitutionnel rappelle le gouvernement à notre devoir de fraternité, pourtant inscrit sur tous les frontons municipaux, un comble et un camouflet cinglant envers ce macronisme hypocrite là.. Il convient d’évoquer également le laxisme incroyable, voire l’étrange complicité dont ont bénéficié les identitaires en doudoune bleue qui ont pu se pavaner dans les alpes, protégés par la police nationale…  Et encore, apprendre que des policiers français  falsifient des papiers de mineurs pour les renvoyer en Italie, et ce scandale de l’histoire du refoulement de Beauty, qui a pourtant indigné davantage en Italie qu’ici… Mais aussi cette immonde loi asile et immigration, si régressive en matière de droits humains. Rappelons que contre l’avis de tous, elle a maintenu l’enfermement des enfants en centre de rétention, un crime impardonnable à mes yeux. Et foi de travailleur social de longue date, aller jusqu’à traquer les étrangers dans les centres d’accueil et d’hébergement, en demandant, comble du cynisme, la collaboration des associations, contre leur propre déontologie, c’est du jamais vu ! Ou encore cette histoire de migrants soudanais qui, selon un accord entre la France, la Belgique et l’Italie, ont été renvoyés dans leur pays où ils ont été systématiquement battus et torturés ! Rappelons nous aussi les atermoiements et le silence coupable de Macron lors de l’épisode de l’Aquarius... Et la charge honteuse qui fut la sienne lors de celui du Lifeline, où il a repris exactement le même discours que la fachosphère en s’en prenant si frontalement aux associations humanitaires, les rangeant dans le même camp d’infamie que les passeurs… Et Macron serait donc, sachant cela, un rempart contre les identitaires ?

Capture.PNG
source

De plus, je ne cesse de le marteler ici comme une alerte démocratique, le discours de son ministre de l’intérieur, qui a laissé si volontiers se développer une zone de non-droit fasciste dans sa ville,  n’a franchement rien à envier à celui des identitaires, comme il nous l’a amplement démontré, en de nombreuses occasions où ses propos ne font aucune différence avec ceux de l’extrême droite, qui même s’en réjouit. S’il était un cas isolé, encore…  Mais voir une autre ministre, des affaires étrangères qui plus est, reprendre les mêmes clichés que la fachosphère, franchement, de qui se moque-t-on ? J’avais autrefois,  depuis l’adolescence,  comme ennemi légendaire le FN, mais depuis LREM, le confusionnisme politique est tel que nous n’avons franchement plus rien à nous dire. Ces gens là n’en ont franchement rien à battre des droits humains, et de la justice sociale. Enfin, pour clore ce long mais ô combien nécessaire article, comment peut-on dans le même temps se poser en adversaire de la ligne Orban/Salvini tout en se fendant d’une déclaration qui n’a rien à leur envier ?

« Il ne s’agit pas d’être naïf, ce qui est possible est lié à une culture, un peuple marqué par son histoire. Ce peuple luthérien, qui a vécu les transformations de ces dernières années, n’est pas exactement le Gaulois réfractaire au changement ! »

Essentialiser tout un peuple, c’est à dire amalgamer tous ses ressortissants dans des caractéristiques similaires, c’est le fondement même de la pensée identitaire, et raciste, qui permet le rejet d’individus jugés inassimilables en fonction de critères pré-déterminés.   En cela, Macron a une position identitaire. De plus, démonstration de sa bêtise crasse (lui qui prétend se poser en philosophe élève de Ricoeur, ce qui est mensonger),  utiliser le vocable de gaulois pour les français, c’est se placer dans le sillon, exactement, de cette même pensée identitaire, via le roman national, que tout historien sérieux peut également démonter en deux minutes.

Que Macron se qualifie de progressiste, franchement, comme c’est se payer de bons mots à peu de frais, et renier la réalité sociale et sociétale de ce pays. Tout ne fait que démentir, jour après jour, sa construction médiatique. La communication ne saurait tout habiller, et masquer : il est grand temps de crier haut et fort, loin des révérences de (basse) cour que le roi est nu.

Post-scriptum : et dire que j’avais raté ça…  Ben tiens, vive l’identité nationale,  pour sûr…🤮

Capture.PNG

9 réflexions au sujet de « Pourquoi Macron ne vaut pas mieux qu’Orban et Salvini »

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s