#Trump n’est pas raciste mais… ( il n’aime pas les noirs)

Après sa déclaration brutale sur les pays de merde qui ont déclenché une vague de protestations sans précédents à travers le monde,  et la condamnation de l’ONU, Trump aurait pu se faire tout petit, regretter,  reconnaitre qu’il avait commis une erreur que sa langue avait fourché ou je ne sais quelle autre excuse bidon, usuelle en pareille circonstance chez tout autre être doué de raison.  Mais ça,  c’est bien mal le connaitre, lui qui se montre imperturbablement ivre de sa toute puissance, qui l’exonère de tout faux pas, jusqu’à le rendre fier de sa propre imbécillité légendaire qui le remplit comme une outre vide. Un être proche de la perfection dont le pays est lui-même le meilleur,  à  l’écart de tout soupçon… Sauf que. Ya pourtant comme un défaut, , et, ou encore … La parole et les actes racistes n’ont jamais été aussi libérés, voire encouragés –  en tous cas rarement condamnés – depuis que Trump est au pouvoir. Un hasard, sans doute… Mais qu’importe, le voilà maintenant en train de claironner à tue-tête pour clore le débat :

Sauf que : c’est factuellement faux. Toute une série de déclarations, d’enquêtes et de condamnations judiciaires viennent démentir ce que je considère comme l’une des fake news les plus grotesques de tous les temps. Car la vérité alternative de cet abruti  international ne résiste pas longtemps à l’épreuve des faits, et des traces qu’il laisse dans l’histoire comme une traînée de merde derrière lui :

Capture.PNG

… Ce personnage pue, fort, et définitivement. Sa marque dans l’histoire de tous les temps risque fort de le rapprocher d’autres personnages historiques tout aussi peu ragoûtants, dont il partage la mégalomanie, la toxicité et l’action plus destructrice que constructive. Mais qui l’arrêtera enfin dans cette course insensée à la bêtise la plus crasse qui soit et à l’exaltation perpétuelle du pire de l’âme humaine ?