haine raciste sur twitter : l’Allemagne frappe fort (+ que la fRance…)

Dans une séquence radiophonique de France Info hier, je fulminais dans ma voiture. On y évoquait la propagation des discours de haine sur les réseaux sociaux entre experts auto-proclamés. On concluait doctement dans une ambiance compassée qu’on ne pouvait rien y faire… Ce constat d’impuissance m’a prodigieusement agacé. Comme j’aurais voulu y être pour leur opposer ma réalité ! Une réalité un peu plus informative que celle de ladite chaîne d’info puisque c’est factuellement faux. Particulièrement attentif à ce sujet de la modération des réseaux sociaux et des phénomènes de haters,  maintes fois explorés sous différents angles ici, je vous ai déjà tenus au courant de l’état d’avancement de la réflexion et des actes politiques mis en œuvre chez nos voisins allemands, où le sujet est encore plus aigu qu’en France, actes terroristes d’extrême droite à l’appui. Et force est de constater qu’ils sont un peu plus en avance et/ou courageux que nos députés hexagonaux sur le sujet, puisqu’ils ont voté en juillet 2017 une loi obligeant les réseaux sociaux à modérer plus sérieusement leurs contenus que ce n’est le cas chez nous.  Elle  contraint les plateformes à supprimer ces contenus haineux sous vingt-quatre heures, sous peine de sanctions financières allant jusqu’à une amende de 50 millions d’euros. Alors, France Info, on ne peut rien faire ?  La preuve que si… (Faites votre job, bordel ! Et si possible de manière un peu plus didactique… merci. ).

Une députée allemande de l’AfD en a fait les frais, puisque l’un de ses tweets a été supprimé en vertu de cette loi. En réaction à un communiqué de la police allemande qui adressait sur  twitter un message de prudence à l’occasion de la nuit de la St Sylvestre en plusieurs langues, dont en arabe, le réflexe pavlovien de ce genre de bas du front,  obsédés là-bas comme ici par les musulmans, ne s’est pas fait attendre :

« Pourquoi la police publie maintenant des messages en arabe ? Pour essayer d’amadouer ces hordes d’hommes barbares, musulmans et violeurs ? ».

Le texte est amalgamant, essentialisant, et stigmatisant sans la moindre ambiguïté ou interprétation laissant place au bénéfice du doute possible. Autrement dit, factuellement raciste. La politique de modération s’est donc implacablement appliquée, pour elle comme pour un.e autre. Une règle, et à fortiori une loi, n’est-ce pas fait pour être appliqué par tous, et encore davantage pour des « représentants » élus du peuple, qui devraient encore davantage que d’autres montrer l’exemple en ayant conscience de ce qui est permis ou non par une loi qui les engage  ?

Capture
source

Beatrix von Storch, l’élue d’extrême-droite en question,  parle de « censure » et dénonce « la fin de l’Etat de droit ». Ben non, justement. Argument retoqué définitivement –  avec la mention :   » grotesque »,  par le tribunal populaire de Lorraine (constitué par moi tout seul 😉   ). La loi, c’est la loi, qui fonde l’état de droits y compris par son application. C’est ballot, hein… Essaie encore, la neuneue. Même motif, même punition… 🤣

Capture.PNG
source

Honte de rien, le néo-naze… Tellement suspect, à juste titre, d’admiration envers le régime nazi.

(ceci n’est donc pas un point Godwin. Same player shoot again 🙂 (je recommence dès que je peux… à vous taper sur le front, que vous avez si bas…).

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s