De l’art et du cochon d’ajouter de l’immonde à l’ignoble #racisme #feminisme #grossophobie

800px-Sagittaire_naples.jpg
source

Il semblerait que les registres de dégueulasserie se superposent, en ce moment, au point de se neutraliser en un incroyable festival d’une profonde indigence politique, culturelle, et sociale, militante, idéologique et linguistique. L’intersectionnalité des luttes reste un beau concept que je ne vois guère concrétisé dans les échanges que j’observe en ce moment,  au quotidien, sur les réseaux sociaux notamment, mais également dans la vie, dans la rue, chez des ami.e.s, au supermarché, au bureau, etc.. . Doit-on par exemple lutter pour l’avancement du féminisme en se prévalant d’arguments empruntés au champ de l’adversaire, raciste et islamophobe, ou homophobe ? S’indigner d’un phénomène de harcèlement sexiste en ajoutant à la misère du propos sexiste celui de paroles blessantes envers d’autres individu.e.s, en faisant preuve par exemple de  pauvrophobie,  grossophobie, d’homo, lesbo, bi, trans ou queer phobie ? N’est-ce pas ajouter de l’infâme à l’immonde ?  Je demande, juste, histoire de tenter de faire réfléchir, provoquer du débat, qui n’a jamais été aussi nécessaire, salutaire, et urgent.  Pour cela, il pourrait me suffire de  mobiliser quelques exemples concrets, comme à mon ordinaire habitude. Evoquer  cet épisode d’une soi-disant guerre des féministes abondamment relayée par les médias sous cet angle,  alors que certaines en étaient si peu,  à Toulouse. Signaler l’incroyable supercherie morale constituée par les réactions plus qu’étonnantes de certains hypocrites qui instrumentalisent  l’histoire de l’agresseur sexuel Tariq Ramadan, prétendant lutter contre le sexisme et les violences faites aux femmes en se prévalant d’étonnants arguments, quand il y en a, relevant du racisme ou de l’islamophobie, propos gravement essentialisants rejetant toute une communauté dans l’opprobre d’un comportement personnel qui n’est pourtant (quand on s’est sensibilisé un tant soit peu sur le sujet…) pas  le propre sale  ni de cette religion en particulier,  ni d’une communauté ethnique ou religieuse, pas plus que d’une communauté d’une autre nature, qu’elle soit professionnelle, sociale, affinitaire, etc… Cet article de l’huma met très bien en lumière ce que je veux faire passer ici,  par le biais de cette affaire là, en tous les cas (il y en a d’autres) :

YY2C3R9S.jpg large

…. Ce qui a constitué un tout petit peu (je devais le faire de toute façon)  le déclic qui m’a incité à écrire ce billet, qui cristallise de nombreuses préoccupations personnelles spécifiques à mes propres combats intérieurs (et extérieurs d’ailleurs… aïe), c’est d’avoir vu comme on peut si souvent hélas y assister sur les réseaux (a) sociaux, des gamins se disputer dans une cour d’école, twitter en l’occurrence. Ils  répondaient à l’un de ces minables trolls nauséabonds que sait si bien produire la génération lolcatmdr empreinte d’un cynisme absolu de jeuxvideo.com,. Celui-ci (un lâche qui supprimé son compte depuis, par peur des représailles)  agressait violemment, avec des mots orduriers, l’une des créatrices du numéro anti-relous, ce qui lui a valu une salve d’insultes et de menaces, une véritable campagne de cyber-harcèlement dont les détails sont ici.

Capture.PNG

Ce à quoi un autre arrogant sûr de son bon droit lui a répondu :  » et ton père c’est un gros con ‘? « . Voilà. On en est là. Tout est dit. Prétendre s’opposer à une insulte sexiste par une insulte grossophobe. Avec l’adulte à la retraite par dessus le marché, cerise sur le gâteau, qui vient vous donner une leçon de rhétorique :

Capture.PNG

C’est ça mon gars, cache toi derrière ton petit doigt et pirouettise… Non, rien. Surtout ne changez rien, les adultes. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles… Et surtout, ne pas porter atteinte à la liberté d’expression, hein, qu’ils disaient, les puristes….. Voilà. Continuons. Jetons nous à la figure nos propres structures mentales pleines de déjections discriminatoires jusqu’à plus soif.  On avance….

(La macronie, ce bel univers de progrès, en avance sur le futur du passé conditionnel… . #startupNation… ?

PDM.

Grosse fatigue. je vais aller me faire cuire des nouilles, ça vaudra mieux.

(penser à me faire travailler ensuite sur ma propre déconstruction des stéréotypes de la bêtise humaine. Merci.     ; )

3 commentaires

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s