#Catalogne : l’odieux visage du fascisme ré-apparait en Espagne

CaptureChose promise, chose due. « Quoi qu’on pense de l’indépendance de la Catalogne », ce qui s’y passe est proprement inadmissible. Ceux qui crient « en sautant sur leur chaise comme des cabris en disant l’Europe, l’Europe, l’Europe » devraient en l’occurrence se faire petits. Tous petits.  Il y avait déjà de fâcheux précédents avec ces trop nombreux pays qui, en Europe, prennent de singulières libertés avec les droits humains, qui affament des peuples entiers, comme en Grèce, ne leur laissant que le suicide pour seule perspective, et ceux qui tanguent dangereusement vers l’extrême droite, s’abstrayant de toute règle communautaire envers les migrants et réfugiés, leur réservant un traitement inhumain et dégradant, comme au hasard la Hongrie. Et voilà que maintenant, juste à côté de nous, en Espagne, un gouvernement envoie l’armée et la police contre sa propre population, ne répugnant nullement à tabasser des femmes, des grands-mères, des manifestants pourtant réunis pacifiquement, les laissant… en sang.
… Pire, il va même jusqu’à nier la réalité, en prétendant qu’il n’y a jamais eu de référendum, comme aux heures les plus sombres de l’histoire espagnole. Le franquisme n’est pas mort, visiblement. Les images de policiers  enjambant des murs d’enceinte,  qui brisent des portes d’écoles, à coup de masse et tentent de confisquer des urnes tournent à présent en boucle sur tous les réseaux sociaux du monde, provoquant l’indignation générale. Des vidéos comme celle-ci montrent une réalité totalement injustifiable, de violences totalement gratuites et démesurées face à des militants pacifiques. Seul(e)s des fascistes peuvent justifier cela. (Et il y en a, croyez-moi).
Libération titre que Rajoy a perdu. Mouais. C’est verser là dans un optimiste bien béat, qui ne tient pas compte des forces en présence… Comment réagissent en effet les instances européennes ? Silence gêné. Juste un petit malaise, sans gravité, qu’un peu de doxa libérale in-humaniste pourra aisément soigner. Aucune condamnation au moment où j’écris  ce billet. Voilà, tout est dit. Les intérêts en jeu ne s’embarrassent pas en effet d’états d’âmes, ni de droits humains, qui deviennent de plus en plus visiblement secondaires, comme  on le voit en France également avec cette loi (soi disant contre) l’antiterrorisme, qui foule aux pieds nos droits les plus fondamentaux… les considérant comme quantité négligeable, au point que l’ONU s’en émeuve. Et ici, comme en Catalogne, il va bien falloir qu’on se révolte, y compris physiquement, pour défendre nos droits, puisque ces gens là ne comprennent qu’un seul langage, visiblement. Le temps de la patience et de l’indulgence est révolu.

1 commentaire

  1. Le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes se fracasse généralement contre le principe de l’intégrité des territoires, et plus violemment encore contre le droit que s’arrogent certains peuples, « parce qu’ils le valent bien », de disposer des autres.

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s