les fachos de l’#AfD observés à la loupe (déformante) de #Twitter

Capture.PNG

« Si l’AfD devait effectivement entrer au Bundestag, ce serait la première fois depuis 70 ans que des nazis pourraient parler au sein du Reichstag ». Le jugement sans équivoque est signé Sigmar Gabriel, vice-chancelier allemand et ministre des Affaires étrangères.

Ces propos ne sont pas outranciers. L’un de leurs leaders, Alexander Gauland,  a  par exemple plaidé pour le « droit d’être fier du travail de soldats allemands pendant les deux guerres mondiales ». Les petits cousins allemands du FN sont ultra-nationalistes, racistes, antisémites, rejettent violemment l’immigration, tout particulièrement celle réputée musulmane,  et plusieurs de ses cadres ont déjà été pris en flagrant délit d’indulgence voire carrément d’admiration envers le nazisme. Tout comme leurs petits cousins si bas de plafond du FN. Et tout comme eux, ils ne détestent rien tant que les journalistes (eux qui ont pour seul tort de faire leur job et de dire la réalité de ce qu’ils observent à leur endroit : de la merde, juste)  auxquels ils interdisent par la force l’accès à leurs meetings. Pourtant, certains journalistes français paresseux comme sur illustration ci-dessus s’obstinent à les qualifier de « populistes » alors qu’ils sont plus sûrement, osons appeler un chat un chat, des fascistes. Oui, je le dis haut et fort, sans ciller : la peste brune est de retour, bien que ce soit sous d’autres formes, elle n’en pue pas moins, et empeste notre univers. D’où ce blog.

Les résultats de cette élection allemande seront scrutés tout particulièrement par les observateurs politiques avisés. Ce n’est pas tant la gagnante finale, dont le nom ne risque guère de faire de surprise, mais le score de cette extrême-droite là qui fera débat.

Capture
source

… Comme en fRance, ces bas de plafond ont investi massivement internet et les réseaux sociaux, afin de mieux propager leur peste brune. Ils ont tout spécialement investi mon réseau favori, twitter. Or, il se trouve qu’une équipe de chercheurs d’Oxford ont publié une étude sur le sujet, dont j’ai eu connaissance par La Tribune. Inutile de vous dire que j’ai sauté sur le sujet, qui m’intéresse vivement.

Capture.PNG
source

… On peut par exemple constater que contrairement à ce qui se passe en France où leur vitalité sur le net est bien réelle, et même plutôt créative, les cousins de la FI que sont Die Linke ne semblent pas  avoir encore compris à quel point la bataille politique se jouait là aussi… Mais c’est également le cas de tous les autres partis, dont le parti conservateur de Merkel, la CDU, qui a négligé de se battre sur ce terrain là. Mais en avait-il vraiment besoin ?

Il sera toutefois très  intéressant d’observer la corrélation entre le niveau de propagande sur twitter de tous ces partis avec leurs résultats réels. J’aimerais beaucoup connaitre le taux de retour sur investissement… 😉 On va bien voir si les fachos de l’AfD dominent aussi bien la scène politique que (soi-disant) twitter. La suite au prochain épisode.

 

1 commentaire

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s