Le #FN refuse de lutter contre les violences faites aux femmes

j’ai déjà relevé ici à maintes reprises, chaque fois que l’occasion s’en est présentée, à quel point la question de la défense des droits des femmes, au FN, relève d’ une incroyable imposture, d’ une fumisterie sans nom qui ne résiste pas une seconde à l’analyse la plus factuelle. Le fait que ce parti extrêmement droitier, raciste, sexiste et anti-féministe soit occasionnellement représenté par des femmes, notamment en la personne de sa Présidente déclinante, n’y change rien. On sait bien à quel point, quand on s’intéresse un tantinet à la question,  certaines femmes intériorisent si bien les codes de la domination masculine et de la négation de leurs droits et de leurs intérêts, victimes qu’elles sont d’un système qui les oppresse sans qu’elles ne s’en interrogent… Aussi, je ne vais pas cracher sur l’occasion qui m’est donnée une fois de plus de démonter l’arnaque pour mous du bulbe (histoire de reprendre la terminologie d’un certain groupe facebook.. Rires…) qu’est le FN dans son action politique envers les femmes. C’est un article du site Les nouvelles/News qui nous révèle l’affaire :

Capture1Capture

J’avais intitulé autrefois un article sur ce même sujet : « être une femme et voter #FN ? Faut vraiment être une quiche ! ». (ce qui m’avait d’ailleurs valu une volée de bois vert, reprochant à mon titre son supposé sexisme). Mais cette fois, si on sait cela et qu’on s’obstine encore à voter FN, alors, ce n’est plus être quiche. Mais franchement tarte. Au flan. Et raté, encore, le flan. Car bien que féministe, une femme, quand elle partage les idées du FN, est mon ennemie. Ce serait faire en effet preuve d’un sacré sexisme que de ne pas considérer qu’elle adhère à  des idées pourries, racistes et anti-féministes, sous le seul prétexte que  c’est une femme et que je suis un homme, alors que je ne me gênerais pas pour dire la même chose si c’était un homme, qui peut lui aussi être une sacrée quiche (ou un navet, rayer la mention inutile). CQFD. No pasaran (les femmes aussi). Et comme ce sont surtout des hommes, au FN, qui votent au parlement européen, alors… voilà. La boucle est bouclée. Le FN n’a définitivement aucune légitimité pour parler de féminisme, alors qu’il refuse de lutter contre les violences faites aux femmes, de peur de se voir également traîné en justice pour d’autres formes de discriminations,  autres que sexuelle, comme son racisme. Les masques n’arrêtent pas de  tomber. Un parti d’hypocrites.