les haters du #FN menacent une cheffe d’entreprise #lemissionpolitique

Une fois de plus, il nous est clairement démontré, qui que l’on soit, qu’il ne fait pas bon contrarier les cadres du FN, ces beaux défenseurs de la liberté d’expression, sauf pour les autres, qui ne laissent jamais passer une occasion d’ inciter leurs meutes de haters sur les réseaux sociaux aux injures, menaces, grossièretés, et autres formes de harcèlement  les plus détestables…

Capture..

Capture
source

/Capture.PNG

. En arriver parce que l’on ne supporte pas la contestation au point de tout faire pour détruire une société parce que sa dirigeante n’est pas d’accord avec ses thèses pourries, voilà qui en dit long sur le degré d’aveuglement idéologique et de malveillance consécutive de ces gens, totalement hors réalité. Et ils prétendent vouloir défendre les salariés, comme dans l’épisode à graver dans les annales de la récupération politique la plus sordide de Whirlpool ?

Voilà ce que dit cette personne à propos des motivations qui l’ont conduite à déposer une plainte :

Entendue ce lundi par la police judiciaire, elle a décidé de sortir de son silence : « je suis issue de la société civile. Lors de cette émission, je dis juste de faire attention à la sortie de l’Euro, que c’est dangereux pour les entreprises comme la mienne. Je ne vois pas là un sujet à me faire insulter, discréditer, diffamer, je n’ai pas compris. Et après, je ne l’ai pas admis. On est en démocratie, dans un état de droit. Il y a des règles. Il semblerait que la plupart des gens aient admis que ces règles ne s’appliquent pas sur internet. Ils pensent que l’on peut insulter qui on veut, quand on veut. Et bien non. Ce n’est pas ma France. Ma France, c’est un endroit où il y a la liberté d’expression, où l’on peut aller à un débat démocratique sans que derrière, on m’insulte, on me diffame, on diffame mon entreprise et on atteigne mon image. Ceux qui, derrière leur ordinateur, ignoraient les lois, vont les connaitre. On insulte pas les gens parce qu’ils vous ont apporté une contradiction lors d’un débat démocratique.« 

.Voilà qui rejoint fortement mon propre combat et mes motivations à chasser ces malfaisants… Pas plus tard que tout à l’heure, un acolyte de Sautarel me disait toute la haine qu’il avait à mon endroit, connaissant mon combat, car j’étais à ses yeux  un ennemi de la liberté d’expression et, je cite « un social warrior comme on en connait, juste animé par la haine, comme ceux qu’ils pourchasse de sa vindicte ». Non Monsieur. Que nenni. Juste un internaute lambda effrayé par ce qu’il voit propager en accès libre sur le net comme ordures insupportables à sa vue, dont on ne tolérerait pas le dixième IRL. Pour les mêmes paroles que certaines professés sans la moindre honte par ces haineux, qui, comme par hasard, peuplent surtout les rangs de l’extrême droite, l’individu en question recevrait aussitôt une sanction très concrète, quelle qu’en soit la nature. Cette impunité doit cesser. Et la liberté d’expression a bon dos, qui doit s’arrêter là où commence celle des autres de ne pas être agressé et menacé gratuitement, et  sans conséquences.

Enregistrer

1 commentaire

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s