#NoNazis ni ici, ni ailleurs > Slovaquie

capture127

Connaissez vous Jozef Tiso ? C’était ce charmant  prêtre catholique devenu député au Parlement tchécoslovaque qui devint président de la République slovaque pendant la Seconde Guerre mondiale. Il était couramment appelé « monseigneur », nous dit wiki :

CaptureMilitant indépendantiste, il accède au pouvoir à la suite du démembrement de la Tchécoslovaquie en 1939 sous la pression du Troisième Reich. Il impose alors un régime de parti unique antisémite et vassal de facto d’Hitler. Il fait participer l’État slovaque à la guerre contre l’Union soviétique à partir de 1941 et à la Solution finale. En avril 1945, l’avance de l’Armée rouge le force à quitter le pouvoir. Il est pendu en 1947 après avoir été inculpé et condamné alors que le pays est sous la direction du gouvernement d’union nationale tchécoslovaque. (source et suite)

Un être exquis. Or, je viens d’apprendre – au hasard de mes pérégrinations internetiques –  par cet article en espagnol du New York Times  qu’une organisation « culturelle » (sic) néofasciste dirigée par un certain Svec, qui n’était jusqu’à présent qu’un petit groupe marginal mais ne cesse d’augmenter, lui voue un véritable culte.

Capture.PNGRobert Svec, chef du Mouvement slovaque Résurgence, tenant une photographie de Jozef Tiso dans un événement où il lui a rendu hommage.
.

Mais qui sont ces gens ? Quelle est cette étrange secte ? Ne dirait-on pas des Mormons ou des témoins de Jéhovah, n’est-ce pas ? La suite est beaucoup moins drôle :

Après avoir été dans l’ombre, les néo-fascistes européens sont renaissants, plus de trois quarts de siècle après que les nazis soient passés par l’Europe centrale et que  deux décennies d’une épidémie néo-nazie de skinheads et de suprémacistes blancs soient ballotés dans une difficile transition vers la démocratie. En Slovaquie, les néo-fascistes sont en train de gagner des bureaux régionaux et occupent des sièges au Parlement.

« Avant, les sentiments pro-fascistes restaient cachés. Les parents disaient à leurs enfants : «Vous ne pouvez pas dire cela à l’école. Maintenant, ils peuvent dire ces choses dans l’espace public,  pas avant « .

Svec a rejoint le domaine politique, grâce à un parti (Ľudová strana Naše Slovensko, depuis 2015 « Kotleba – Ľudová strana Naše Slovensko » (ĽSNS) (Parti populaire « Notre Slovaquie ») dont le leader néo-fasciste établi, Marian Kotleba, a fait une démonstration de force surprenante lors des élections législatives de l’année dernière, après avoir remporté quatorze sièges dans la chambre de 150 membres.

Capture
source

il a été élu en novembre 2013 président de la région de Banská Bystrica.

Capture.PNG

Une démonstration de force que « notre »FN lui envierait…

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s