Persécutions, tortures et meurtres des homosexuels en Tchétchénie #LGBT #antifa

indexLa rumeur court depuis hier devant mes yeux. Terrifiante à en vomir. Elle venait tout d’abord de sites de défense des droits LGBT, au départ plutôt confidentiels, qui faisaient état non seulement de cette information mais également du déclenchement suite à celle-ci de mouvements de réaction populaire en Allemagne.  Rien en France, d’où ce billet. Puis elle a émigré vers des médias plus main-stream. Ainsi,  ci-dessous, le très sérieux NYT nous fait part du fait qu’un important journal d’opposition russe avait confirmé une histoire qui circulait déjà parmi les militants des droits de l’homme: les autorités tchétchènes arrêtaient et tuaient des homosexuels. Tout d’abord, deux journalistes de télévision ont disparu. Ensuite, un serveur a manqué. Au cours de la dernière semaine, des hommes âgés de 16 à 50 ans ont disparu des rues de la Tchétchénie.

Capture.PNG
source

Des homosexuels seraient arbitrairement arrêtés, emprisonnés, torturés, notamment dans une prison qui leur est dédiée près de Grozny.  Dernier article en date, celui-ci.  Il tire son information de la Novaïa gazetta, qui évoque ce sujet ici. Traduction gogole :

Capture

Selon cet article, l’information selon laquelle des homosexuels seraient arrêtés, emprisonnés et torturés (pour révéler notamment  le noms d’autres homosexuels) aurait été vérifiée par ce journal d’opposition russe (dont plusieurs journalistes ont déjà été arrêtés… voir le wiki déjà cité) et confirmée par plusieurs sources du ministère de l’intérieur tchétchène.

Bien sûr, toutes ces personnes en aucune façon démontré son orientation sexuelle particulière – dans le Caucase, cela équivaut à une condamnation à mort.

Parmi les hommes arrêtés se trouvent même des membres des instances religieuses de Tchétchénie, y compris des personnalités proches du dirigeant tchétchène Ramzan Kadyrov.

Selon Novaya, cette vague de répression serait tout sauf un hasard. Elle coïncide en effet avec les démarches entreprises au début du mois de mars par des militants de la communauté LGBT pour organiser des Gay Pride dans plusieurs villes du Caucase du Nord.

Ce qui m’a le plus choqué, dans cette histoire, outre bien sûr les faits relevés, qui rappellent un bien horrible passé que Madame Le Pen se permet de revisiter à sa sauce si détestable, c’est la réaction du pouvoir tchétchène, qui en elle seule, quand on a des doutes tant c’est énorme, est de nature à elle seule à faire pencher la balance dans le sens de la vraisemblance des accusations qui commencent à assombrir notre ciel, et notre monde..

Capture

urgent, agir.

A lire aussi, cet article de Courrier International

et dans Têtu

 

(GdeC  ? A signé. ICI

Capture.

 

 

Advertisements