la #fachosphère vue par la BBC favoriserait la démocratie…

Hormis quand on est bas de plafond et qu’on ne voudrait surtout pas que de l’air pur – mais d’ailleurs – y rentre (« onéchénous » !) , il est toujours très instructif de se rendre compte de la manière dont on nous perçoit de l’étranger. Et en ce moment, inutile de vous le cacher, ce n’est vraiment pas jojo. Bien sûr, il y a les affaires, la corruption, les conflits d’intérêt qui visent le FN et LR. Mais si l’on s’occupait de nos oignons (pourris) d’ici (cf. le sujet dont on cause #pestebrune) ?

Capture.PNG

… En gros, cet article de la très sérieuse BBC nous dit que si l‘extrême droite française peut être minuscule sur le plan institutionnel – le Front national (FN) n’a que deux députés –  sur les plateformes en ligne,  par contre, c’est un géant. Ils le démontrent très factuellement par ceci :

Capture

.. il est en effet plutôt alarmant que des sites  d’un nazi comme Soral, ou le bouzin agrégateur de contenus importés (sic) sans réel apport personnel de Sautarel soient plus visités que les sites des candidats. Voilà qui en dit assez long sur la volonté d’information directe de mes con – génères qui s’occupent moins des programmes que de ceux qu’il s’agit précisément de haïr. Alors, les juifs ou les arabes ? Les deux. Bingo. La notion de vote éclairé en prend un sacré coup derrière les oreilles, sachant comme moi ce que ces sites propagent comme fake news hallucinées. Mais il est hélas vrai de mentionner que l’extrême droite s’est montrée beaucoup plus offensive sur le net en général et les réseaux sociaux en particulier que la plupart de ses adversaires, et que sa présence y est massive. Une longueur d’avance, bien que le fossé soit en train de se réduire. De plus, l’article attire notre attention sur un phénomène qui commence à irriter les cadres du parti majoritaire à l’extrême droite. Alors que des sites comme FDesouche étaient auparavant des locomotives pour le FN et ses idées, ils se détachent de plus en plus visiblement du parti :

Les nouveaux blogueurs ne sont pas redevables au Front national de Marine Le Pen. La fachosphère tend à se méfier du chef du parti, qui a cherché la respectabilité ces dernières années et s’est éloignée de la frange « nativiste » ou «identitaire».

Autrement dit, pas assez radicale et raciste à leur goût. Je confirme que j’y vois plus massivement qu’au FN officiel des appels au rejet et à l’expulsion massive des étrangers,  dissimulé sous le terme bien pudique de « remigration ». Mais l’article nous dit aussi autre  chose d’intéressant : il n’y a pas forcément d’unité chez les porteurs de peste brune :

Le mot «fachosphère» peut être un raccourci pratique, mais il est trompeur. Aucun site web majeur ne le prétend et vous ne verrez pas les photos de Mussolini ou Hitler. En outre, le terme suggère une sorte d’unité idéologique qui n’est tout simplement pas là.

Il y a en effet une différence de spectre chromatique entre E&R,  FDesouche et le salon beige.

Plutôt que de prêcher, de tels sites mettent des liens vers des nouvelles provenant de sources traditionnelles – généralement sur la violence dans les banlieues des immigrants – et permettent aux faits de parler eux-mêmes.

Le pionnier de cette approche est Fdesouche – abréviation de « Français de souche », français d’ancien stock. (rire… la faute à google traduction, ndlr). Bien que l’auteur du site ne donne pas son avis, la section des commentaires donne libre cours à un flux de xénophobie.

On a bien vu ce que cela donnait à l’occasion du pic de déversement de saloperies que fut la grotesque polémique sur le burkini. Le résultat ne fut pas visible seulement sur ces sites merdeux, et j’en veux terriblement à cette médiocre classe politique qui n’a pas su s’élever au delà de la clientèle habituelle de ces sites de haters.

CapturePuis il y a ce que l’article définit comme « l‘étoile de la complosphère », Alain Soral. (Ce doit être de l’humour juif, probablement…;) :

Une fois une figure de premier plan sur la scène média de Paris, il est maintenant un paria.

Soral, ex-communiste, insiste sur le fait qu’il reste fidèle à ses racines de gauche. Il est un féroce anticapitaliste et déteste les identitaires avec passion. Il a récemment frappé  un suprémaciste blanc lors d’un débat. (cf Conversano)

Mais ce qui le rend si controversé, ce sont les opinions antisémites dont il est accusé de faire le trafic – sous  couvert d’«anti-sionisme» – sur son site à succès, Égalité et Réconciliation.

 L’article décrit un monde étrange, assurément, où   » des groupes de pression juifs organisent les racistes occidentaux, dirigeant la colère des gens vers des migrants impuissants; Ils combattent les conflits en aidant les djihadistes; Les États-Unis et Israël sont derrière la propagation de l’Etat islamique. » On connait la chanson. Un grand complot juif mondial avec la complicité des collabos gauchistes droits-de-lhommistes….  Voilà voilà… Règle n° 1 : ne pas se mettre dans la tête des fous.

thieulloyVient ensuite le tour de la catosphère d’extrême-droite, via le Salon Beige, et  son unique occupant totalement barré, cette grenouille de bénitier productrice de fake news à la pelle (comme je l’ai déjà démontré factuellement ici)  qu’est  Guillaume de Thieulloy, vulgaire islamophobe qui se dissimule sous les atours pompeux de sa religion traditionnelle pour propager son racisme. Pourtant, l’article le décrit comme «  Un homme à voix douce travaillant à partir d’un bureau indéfinissable dans un bloc de la tour de Paris, il ressemble et ressemble très bien à Alain Soral. Et contrairement à M. Soral et à l’extrême droite, M. Thieulloy est un libéral économique. » Je ne sais pas quelle connaissances politiques a ce Monsieur qui a écrit cet article, mais ne lui en déplaise, le libéralisme se marie fort bien avec le racisme, l’antisémitisme, l’islamophobie, le sexisme, l’homo et la transphobie, l’anti-gauchisme primaire, toutes marques de la peste brune dont on se préoccupe ici : l’extrême-droite. Voilà qui en dit plus long sur son propre positionnement politique personnel que sur la réalité que l’on est en train d’observer. D’ailleurs, la suite n’a fait que me donner raison. La manière dont l’article se termine est quelque peu terrifiante ;

Mais l’analyste web Guilhem Fouetillou est plus détendu. La droite radicale, dit-il, n’ a fait que prospérer en ligne parce qu’elle faisait appel à une demande non satisfaite. Il croit qu’elle a maintenant rattrapé son public naturel et a atteint un plateau.

L’apparition d’idées d’extrême droite peut même être saine pour la démocratie, car elles sont ouvertement discutées et contestées.

« Le pluralisme idéologique est une bonne chose », explique M. Fouetillou. « Les pensées qui sont abritées en secret, exprimées dans la solitude de la cabine de vote, ou parmi de petits groupes de personnes partageant les mêmes idées, sont les plus indestructibles ».

Guillhem Fouetillou, je te conchie et te gave de chiens crevés. Va patauger dans ton vomi idéologique si joyeux et diversifié, tellement pluraliste. Tu verras si c ‘est un (vrai) débat. De la merde, juste. Avec de la haine autour. Fin de la discussion. La liberté d’expression, elle a bon dos. On sait bien qui l’utilise le plus outrageusement, pour salir et haïr, jusqu’à l’irréparable.  On voit d’ailleurs que tu n’en a pas souvent IRL, des discussions avec les individus dont il s’agit… Sinon, tu ne sortirais pas de pareilles fausses évidences bien pensantes. Car cette haine raciste déversée sur les réseaux de plus en plus  asociaux ont une traduction dans la vie quotidienne.  Et cela se termine en général assez tragiquement. Car voilà ce qui se passe quand on est abreuvé de ce genre d’idées glanées dans la fachosphère avec un cerveau mono-neuronal…  Next. Fin du game.

Capture
source

source

Capture
source
Advertisements