Silence complice du milieu culturel sur Sauton, l’antisémite #antifa

On peut lire la biographie du comédien Olivier Sauton,  qui se présente également comme un humoriste,  ici. On n’y trouvera bien entendu aucun élément de nature à lui porter préjudice, exercice de style voulu et réfléchi. Pourtant, depuis peu, des informations plus que malodorantes émanent de ce drôle de gugusse qui ne font pas vraiment rire… Tout a commencé par une série de tweets provenant de son compte qui ne laissent guère planer de doutes sur ses convictions idéologiques détestables  :
capture
En creusant le filon, certains s’interrogent, à juste titre, sur le silence coupable de la profession qui tait ce que tout le monde peut savoir à propos de ce comédien qui fait si admirablement consensus en ce moment à propos de son spectacle Luchini et moi.
Du coup, c’est toute une partie de sa carrière qu’Olivier Sauton passe aux oubliettes. Son rôle dans « l’Antisémite », où il côtoyait Alain Soral et Robert Faurisson : un « film » en forme de pamphlet négationniste, homophobe et raciste. Il écarte aussi « Métastases »,  autre morceau de bravoure du 7ème art fasciste, où il incarne la victime du complot des médecins qui profitent ignominieusement de son cancer . Olivier Sauton zappe également le temps où Dieudonné l’accueillait pour son one-man show  » Au pays de Sushi », qui fera certaines soirées de la Main d’Or, entre deux meetings d’extrême-droite avec toute la mouvance antisémite et raciste française.
Quelques années plus tard, Olivier Sauton est donc devenu une des étoiles montantes du théâtre français, par le biais d’une pièce  » Luchini et moi », jouée au Théâtre de la Bruyère dont la promotion est assurée jusque sur BFM TV, mais a aussi eu des critiques élogieuses du Monde et de Télérama, et le prix du public du Off à Avignon.
Il est grand temps en effet que les langues se délient, et que la peste brune soit reconnue pour ce qu’elle est : une maladie honteuse, dont notre société doit impérativement guérir, sous peine de sombrer dans les heures les plus sombres de notre histoire commune.
NB. : je note avec satisfaction la belle réactivité  du théâtre de la Bruyère :
capture
Comme quoi, les réseaux sociaux, ça a aussi du bon… A suivre, donc.
Post-scriptum : j’apprends aujourd’hui 1er mars 2017 que la pièce du comédien a été déprogrammée à Paris et Avignon.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s