Une guerre fratricide entre extrêmes-droites irréconciliables ? Que du bonheur #FN

capture1
source

Le spectacle inexorable des déchirements entre frontistes annoncés ici et   continue. Confortablement assis dans mon canapé, je bois mon café en souriant. Je me délecte en effet de leur infortune. Vivement que ce parti fascisant implose, nos valeurs démocratiques  et notre vivre ensemble ne s’en porteront que mieux.   Il semblerait que l’expansion exagérée du FN, à marche forcée vers les présidentielles et qui pour cela a emprunté (il faudra bien qu’il la rende à la réalité…) une ligne de conduite plus lisse en apparence, dans les médias, que ce que l’on peut observer dans les coulisses, connaisse une ligne de rupture, et soit sur un point d’implosion.  Vous m’en voyez ravi. Car entre les anciens, ces extrémistes très extrêmes, sur la ligne Jean-Marie,  cathos intégristes et identitaires, qui font plus tache, et les modernes, plus dans la ligne patriotes et gay-friendly (sourires.. ) genre MRC,  le torchon brûle :

capture
source

« Rien ne pouvait justifier une telle agression » nous dit la gentille petite blonde, ce qui dissimule bien mal sa haine et sa capacité de nuisance incommensurable, quand on connait les racailles identitaires néo-nazies dont elle s’entoure et les pontages avec les intégristes catholiques de l’Agrif qui sont les siens. Une « agression », ma pauvre petite chouchoute à son papy ? Vraiment ? Pauvre petite facho fragile… Je souris. Qu’ils s’entretuent. Car la ligne doucereuse et bleutée, artificiellement concoctée par le grand communicant de Loréal débauché pour le plus grand confort de la tante va bien finir par révéler ses terribles failles et les monstruosités qu’elle cache. Déjà, les affaires judiciaires s’accumulent, les tentions intra-communautaires de ce parti se révèlent de partout, et le divorce entre le discours et la réalité de terrain, les luttes de pouvoir dévastatrices ne cessent de s’accumuler, pendant que la présidente se complait dans son miroir à se dire qu’elle est la plus belle, la plus forte… La reine est nue. Et c’est pas beau  voir. Et ça schlingue. #PesteBrune.

Post-scriptum : et le camp Philippot riposte, « se faisant plus menaçant« … Que va-t-il faire ? Taper avec ses petits points sur la table en formica ? Je souris… Ils sont si ridicules…

Advertisements