La décision d’un homme seul ne saurait effacer une responsabilité collective #fauxcialisme #hollanderenonce

capture
source

Le renoncement, c’est maintenant. S’il reste encore des #gogoFH2017 à défendre pareil bilan calamiteux c’est qu’ils seront plus royalistes que le roi. Qui lui, et l’a prouvé hier, est un tantinet plus lucide, malgré ses dernières rodomontades qui n’ont guère convaincu, tant l’homme semblait affaibli. S’ils avaient une once d’amour propre, les derniers souteneurs du porteur d’un programme si peu gauchiste feraient mieux de se faire tous petits. Mais il n’en ont pas, ni de morale, et l’on verra vite les mêmes pourris de morgue se réfugier sous les jupes de Valls, ce petit Monsieur 5 % qui ressemble comme deux gouttes d’eau à son clone. Je me disais à part à moi que la pièce qu’on nous joue actuellement serait un peu cousue de fil blanc par un metteur en scène un peu convenu, cruellement en peine de créativité, si la prochaine élection se jouait à un duel entre un premier ministre et un autre… La revanche des seconds couteaux, en quelque sorte. Mais je compte sur la sagesse des électeurs du PS (oui, oui, bon, je sais, voilà quoi…) pour le rappeler, comme lors de la précédente primaire, à sa juste proportion : 5 %. Le voir éjecté de la même manière que le fut Sarkozy à droite, voilà qui me procurerait un très grand plaisir. La France n’a pas besoin de cette droite de gauche. Ni de cette gauche martiale. Avec Hollande, on a déjà eu notre dose de confusionnisme. ça suffit. Faut que ça change. Et ce n’est pas la file interminable de ses anciens ministres, qui portent le fardeau de cet échec collectif (cochon qui s’en dédit !) qui est la mieux à même d’incarner cette rupture avec ce système qui nous broie. On ne fait pas du neuf avec du vieux.

Advertisements

2 commentaires

Les commentaires sont fermés.