#LMPT #PCD et autres homophobes : #cestvouslesmonstres ! No pasaran !

capture
source

Des gens sont donc davantage choqués, au XXIème siècle, par des images d’amour que par celles de haine. Encore les hommes ici représentés auraient-ils été nus, le sgeg à l’air,  que j’aurais pu comprendre éventuellement leurs cris d’orfraie à propos de leurs enfants soi-disant outragés.   Mais ne le sont-ils pas davantage par les idées si puantes et discriminatoires véhiculées par leurs parents ? Une bonne éducation ne consisterait-elle pas davantage à considérer et respecter les modes de relation non hétérosexuels, tout aussi « naturels » que les autres  ? Cela me semblerait pourtant bien plus intelligent et éducatif que de leur apprendre bêtement, relayant ainsi une ignorance crasse, qu’un couple, c’est un papa et une maman, ce qui est leur mentir. Je ne les félicite donc pas pour leur échelle de valeur et la hiérarchisation de leurs critères moraux à géométrie si variable en fonction de leur appartenance politco-religieuse éminemment discutable, tant elle n’a rien à voir avec nos valeurs communes et l’humanisme qui devraient nous relier tous. Des malwares, vous dis-je…

cxiymbkwqaaae-aAlors que les sexualités non hétéro-normées ont toujours fait partie de l’histoire de l’humanité, les mêmes qui appellent au roman national s’affranchissent donc de l’histoire sociale au nom de leur idéologie étriquée pour se plaindre de ce que leurs enfants pourraient être choqués. Nous n’avons pourtant pas entendus les mêmes s’indigner à propos d’affaires bien plus choquantes pour l’intégrité physique et morale de leurs enfants…

capture

En outre, les porteurs de cette peste brune là, de cet obscurantisme là, s’ils ne sont pas sensibles à la dimension morale, au respect dû à toute personne quelle que soit sa sexualité, devraient au moins prendre en considération la dimension prophylactique de cette  campagne. Comme les montagnes des Vosges n’ont pas arrêté les nuages radio-actifs, les maladies ciblées ici ne  s’arrêteront-pas à la porte de leurs tabous,  ni de leur hypocrisie.

Mais une fois de plus, des personnages publics qui font métier de politique, ce qui devrait être plus sûrement l’art d’élever les esprits (ce que le registre politique actuel ne nous démontre guerre hélas), se complaisent dans la fange de la discrimination toxique pour le bien-vivre ensemble et la division. Mettre si longtemps à comprendre qu‘émotion n’est pas raison, à leur âge,  voilà qui m’apparait plus que pathétique : une marque de crétinisme. Mais hélas, depuis Trump, on sait que la réussite en politique n’est pas vraiment  un signe d’intelligence supérieure… pas plus que de sagesse et d’intégrité.

capture

Advertisements