#Trump, really ? WTF !

capture
source

Certes, les résultats de l’élection américaine ne sont pas encore définitifs… Mais quand on voit cette carte, l’ampleur de la catastrophe semble consommée :

capture

Je ne comprendrai décidément jamais qu’une telle puissance mondiale s’abaisse à désigner pour la diriger de pareils crétins insondables. Ils avaient déjà élu Bush, une plaie. Mais là, c’est le pompon… Ce vote relève vraiment du masochisme le plus vulgaire et dérisoire. Si on lui faisait passer par sécurité un diagnostic psychiatrique, nul doute qu’il serait illico recalé. L’un de ceux qui le connait le mieux pour lui avoir consacré une biographie ne dit-il pas de lui que c’est un sociopathe incapable de ce concentrer plus de 5 mns et totalement imbu de lui-même, sans la moindre conviction politique personnelle ?  Et l’on va donner à cet être sans morale ni réflexion, aussi immature qu’un gamin de cinq ans, la capacité d’appuyer sur le bouton nucléaire ? Tout ce que notre planète compte de démocrates doit-être ce matin comme moi : profondément atterré. La folie humaine la plus grossière étalée là, en rouge, devant nos yeux, ça fait peur. On se dit alors que le 11 septembre a du laisser quelques séquelles, et que ces électeurs là n’ont plus eux mêmes toute leur raison. La catastrophe n’est pas seulement américaine. Elle est planétaire. Seuls nos crétins nationaux dont on sait à quel point ils soutiennent sans discernement cet être ignoble peuvent se réjouir de ce choix terrifiant d’une telle médiocrité.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

6 commentaires sur “#Trump, really ? WTF !

Ajouter un commentaire

  1. Bon, il reste maintenant à convaincre les gens en France d’aller voter, de s’inscrire sur les listes avant fin décembre, et de se prendre en main. C’est bien entendu ce qu’on fait les électeurs de Trump. Il ne suffit pas d’être le candidat de barrage pour gagner, en pensant tranquillement que l’impossible n’arrivera jamais. Ça arrive, la preuve.

    J'aime

  2. Et le plus beau (façon de parler), c’est que Trump, qui n’a pas cessé de glapir « the system is rigged » pendant sa campagne, se plaignant que ce système le défavorisait, a finalement bénéficié du système, puisqu’il a remporté les élections en ayant moins de voix que Clinton. Une mésaventure déjà arrivée à Al Gore, perdant en 2000 avec 1/2 million de voix de plus que son adversaire, et aux Démocrates en 2010 ou 2014, je ne me rappelle plus, qui avaient perdu les élections « midterm » tout en obtenant 1,4 million de voix de plus que les Républicains.

    Ce genre de malheur n’arrive qu’aux Démocrates : il faut plus de voix pour élire un Démocrate que pour un Républicain.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :