Front commun. Je marche seul.

capture

Il n’y aura cette fois, contrairement à mes petites marottes compulsives acquises au fil du temps depuis que je blogue, pas de hashtags dédiés, pas d’appels et de rappels incessants dont je sais qu’ils lassent certains sur twitter, facebook, google+ (quelqu’un l’utilise encore?), Seen This (que j’ai abandonné, coquille vide et manipulée), et je ne sais quoi d’autre. Je ne veux pas décourager en effet ceux qui font preuve d’initiatives, qui pourraient – à d’autres que moi – apparaître heureuses et constructives. Disons que j’apporte à cette démarche un soutien critique, en la faisant connaître, avec la position de l’observateur. Je veux parler de cet appel que je viens de recevoir (suis je en retard ?) dans ma boite à mails, intitulé « Front Commun ». Le mot front, à toutes les sauces, déjà, me dérange, d’emblée. Front national, bas du front, toussa… Mais bon, il fait appel au Commun, c’est mieux. En espérant et redoutant par simple association d’idées que cela ne soit pas trop d’obédience communiste, et trop orthodoxe… Les diplodocus de ce champ là, leurs ignobles méthodes et leur violence sans pareille, je ne les connais que trop, et tout le mal qu’ils font, dans les coulisses… Mais. Lisez, puis revenez, et je vous dis tout.

Moi, je vois surtout, très pragmatique, derrière les lignes ce que cela signifie vraiment. Quelles sont les étranges contradictions de ce texte, l’opposition entre ce qu’il professe et la manière dont cela se traduit dans la vie réelle… On ne peut pas à mes yeux et mon sens en effet dire l’inverse et son contraire en tortillant du cul de manière gênée pour mieux faire passer la pilule amère de la destruction du Front de Gauche. Et de l’excessive personnalisation amenée par Jean-Luc Mélenchon. Et de l’excessive institutionnalisation partisane à volonté hégémonique malgré son  recroquevillement électoral amenée par le PCF, que certains voudraient sauver en le plongeant dans le formol. Nous méritons mieux. Mais c’est à construire. Cette étape là, cette initiative là est-elle la bonne, enfin ? Nous sommes tant et tous tellement lassés de ces choses qui émergent et n’ont pas de suites…. A vous de me dire, et de vous faire votre idée. Revenez nombreux.

(Moi, j’ai à suivre un chemin : le mien, au moins, même si je me sens parfois bien seul. L’exigence me le dessine. La réflexion me le balise. Mes articles ici en sont les pierres blanches, ou noires, ou grises, c’est selon. Venant de la gauche critique, me voilà en effet au fil du temps, de mes expériences et du chemin déjà parcouru, critique envers la gauche critique.  Mais j’avance… modestement. Loin des aboiements et ricanements des chien(ne)s de meute…).

10 commentaires

  1. ça m’a l’air réjouissant, mais je n’ai pas clairement compris (lecture très rapide). L’idée c’est de soutenir la candidature de Mélenchon mais dans quelque chose de plus large que la france insoumise ?
    Si c’est le cas je trouve ça bienvenu et très intelligent. Pragmatique mais sans jouer les larbins d’un candidat. Et puis si ça pouvait faire vraiment bouger les lignes politiques de Mélenchon sur un certain nombre de sujet (la nation, l’Etat et l’anticapitalisme entre autres) c’est encore mieux.

    Je vais y regarder de plus prêt donc.

    J'aime

  2. ben moi, je suis allée jusqu’à  » l’intérêt soulevé en Europe par des expériences novatrices comme celles de Syriza et Podemos » et c’est dead, poubelle direct. je veux dire : s’ils ont tellement aveugles, sourds, malcomprenants, et le cerveau tellement orienté par la bienpensance-de-gauche qu’ils cherchent aussi peu à s’informer et qu’ils osent dire des conneries pareilles (syriza, une expérience novatrice, non mais c’est dingue !) c’est que non, merci beaucoup, c’est encore raté ce coup-là. et m’est avis que tu trouveras pas là de quoi espérer pour 17 et après.

    J'aime

  3. @zozephine pas besoin d’espérer, j’observe, juste. Et j’essaie de comprendre. Regarder les forces en présence avancer leurs pions. Et écouter le bruit des vagues, celui du roulement des galets…

    J'aime

  4. moi ça m’inquiète. si des gens croient encore à des solutions type syriza, quand on SAIT ce que syriza (a) fait à la grèce, un sociocide, en gros, avec la bénédiction de l’UE et de ses fans qui croient qu’un machin pareil ça se réforme (alors que ça s’explose, point), quand on pense à ce qui se passe réellement dans ce pays (une fois qu’on a arrêté de se faire bourrer le mou par la pensée unique), je comprends pas qu’on puisse ne serait ce que mentionner syriza comme exemple d’une piste possible (et j’en ai tout plein pareil pour podemos) ! alors que ce front commun (nb : moi, ce mot front dans ce contexte, c’est terrible, mais ça me défrise pas mal) soit plein de bonnes intentions peut-être, mais tu connais l’histoire de l’enfer qui en est pavé.

    le bruissement des petits gravillons de marbre blanc tirés et poussés par les vagues… folegandros

    J'aime

  5. Syriza et Podemos ont effectivement soulevé l’intérêt, et fait souffler un vent nouveau sur la politique. C’est une réalité. Que Syriza ait trahi, faisant retomber ce vent nouveau (et pas qu’en Grèce) en est une autre.

    J'aime

  6. syriza n’a absolument rien changé, rien. le seul truc, c’est qu’on a tous trippé comme des malades sur le fait que tsipras était estampillé extrême gauche, et que waouuuuuuh, l’extrême gauche était au pouvoir en grèce. exciting exciting. mais à peine dans son siège il a commencé dès février à faire des mamours à juncker. lui ET tout syriza – on note que les transfuges de syriza qui ont fondé laïki enotoita, ben ils ont commencé à quitter le bateau vraiment tard, tellement tard que personne ne leur fait confiance. l’expé syriza ça a été avant toute chose la destruction de toute la gauche grecque. alors si c’est ça souffler un vent nouveau sur la politique… et si jamais tu veux te donner la peine de t’informer sur syriza dès avant son « triomphe », faut lire tout ce qui a été écrit sur la dette dans le CADTM, avec toussaint. vous depuis la france vous avez totalement idéalisé tsipras et sa gueule de gendre idéal, mais c’est une bête de foire, une créature de parti, entièrement hors sol, même s’il a pas de cravate. sa cravate, elle est dans la tête. et bien serrée. c’est même pas que syriza a trahi comme ça, par erreur, fausse manip’, distraction, oups pardon, je l’ai signé quand même ce mémorandum III mais vous en faites pas c’est pour semblant, c’est que c’est dans l’ADN des sociaux démocrates même estampillés « extrême gauchistes » de toujours finir par aller manger avec les bourgeois ce qu’ils ont enlevé des poches des plus fragiles et des plus pauvres.

    J'aime

  7. @zozephine : d’où est-ce que envoies ces coms, bordel… j’arrête pas d’aller te repêcher dans la boîte à spams. je ne voudrais pas que tu croies que je te censure, loin de moi cette idée ! Tu es pourtant la bienvenue ici..

    J'aime

  8. c’est marqué ça au-dessous de la fenêtre des commentaires : « zozefine: Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com » – parce que – je suppose – j’ai moi aussi un blog sur WP. tu crois pas que tu devrais dire à ta boîte mail que je suis une copine ? et, haaaaa, je suis contente d’être bienvenue chez toi !

    J'aime

  9. merci pour la pub, vitrinart, c’est zozéfine (pas de -j- en grec)… sur cafémusique, il y a moi, bien sûr, surtout sur la grèce, mais aussi et surtout gavroche qui véhémente régulièrement. je pense que dès que tu dis « groupe présidentiel », c’est plié. en fait dès que tu dis chef, président, gourou, leader. lider massimo, guide, patriarche, patron, capitaine, têtrarque, berger, meneur, responsable, manitou, caïd, archimandrite, animateur, c’est plié, foutu. les gueux et les compagnons, c’est horizontal, pas pyramidal. faut changer de paradigmes, penser le pouvoir autrement. tant que cette gauche lamentable, calamiteuse, mesquine, ras-le-gazon, destructrice d’élans, de forces, d’ardeurs est incapable de penser autrement le pouvoir, elle fera toujours plus de la même chose, dans un sens ou dans un autre, mais toujours dans le même système de pensée.

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s