Islam de France : réponse du berger à la bergère

A l’heure où ce gouvernement tente d’installer une instance aussi peu consensuelle que la Fondation pour l’Islam de France, avec à sa tête une personnalité politique si peu représentative, que j’ai moi-même récusée pour des raisons indiquées ici, il m’apparaîtrait assez amusant que les institutions représentatives de cette religion refusent de considérer Monsieur Chevènement comme un  interlocuteur crédible. Ce ne serait que justice, compréhensible retour de boomerang. Faut quand même pas pousser… On peut en effet rêver plus impartial et bienveillant, et moins… réac.