Huile de palme : les écologistes de salon mangent leur chapeau

je ne vais pas vous faire un topo superficiellement pédagogique sur les conséquences de la production et de la consommation d’huile de palme sur la santé, la biodiversité, les problèmes de déforestation et donc les dégâts sur la faune et la flore que cela présuppose. Pour ça, vous n’avez qu’à faire comme toute le monde et consulter dans un premier temps la fiche wiki dédiée  si vous ne connaissez pas le sujet. Non, je veux juste attirer votre attention comme à ma modeste habitude sur la contradiction idéologique manifeste qu’il y a de se revendiquer écologiste et de figurer dans un gouvernement qui l’est si peu, une fois de plus. je veux parler de cette décision de dernière minute dudit gouvernement et de ses affidés à l’assemblée nationale de ne pas voter une disposition de l’à-présent bien mal nommée « Loi sur la biodiversité » à propos de la sur-taxation de l’huile de palme. Leur revirement s’expliquerait par les menaces diplomatiques très claires des deux principaux pays producteurs, la Malaisie et l’Indonésie, préoccupations purement économiques relayées – on en est très étonnés – par plusieurs députés de droite. Et comble de l’hypocrisie, ils se trouvent des écologistes pour justifier sans rire ce qui apparait comme une défaite de la politique, couchée devant des lobbies :

Mais la secrétaire d’Etat à la Biodiversité, Barbara Pompili, et la rapporteure PS, Geneviève Gaillard, ont également invoqué d’autres arguments pour justifier leur changement de position, invoquant la «fragilité juridique» du dispositif, la difficulté de toucher à un type d’huile sans toucher à tous les autres ou encore le fait que cette question relève plutôt d’un projet de loi finances.

y a-t-il vraiment des gogos capables de gober de tels artifices procéduriers ? Ce gouvernement de droite se ridiculise chaque jour davantage. Et ceux qui le soutiennent, avec. Cette forfaiture était malheureusement fortement prévisible. On ne peut se revendiquer sérieusement écologiste sans rompre avec un libéralisme qui est en soi une menace pour l’environnement, du fait de ses priorités intrinsèques.Or, libéral, et donc de droite, ce gouvernement l’est, manifestement, et absolument. CQFD.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s