#violencespolicieres : le gouvernement pris la main dans le sac : la victime est suisse…

Des manifestants pacifiques éborgnés, des centaines de blessés, un autre, tout aussi pacifique (simple observateur et photographe qui avait le malheur de se trouver là), qui vient de sortir récemment du coma mais qui conservera probablement des séquelles pour le reste de sa vie, et pourtant. Pourtant, Valls, cet immonde individu borné, si peu de gauche et surtout si peu sensible aux droits humains les nie farouchement. Il y a pourtant eu 48 enquêtes menées par l’IGPN. Par ailleurs, David Perrotin, de Buzzfeed, a recensé 45 cas de violences policières depuis mars 2016. Certes, il y a eu cet ignoble attentat concernant deux policiers à Magnanville, qu’aucune personne encore sensée ne saurait justifier. Certes, il y a aussi des conditions de travail chez les forces de l’ordre totalement infernales, qui entraînent des erreurs d’appréciation, et des tensions préjudiciables à l’exercice normal de leur fonction. Mais est-ce une raison pour se perdre dans les amalgames, et couvrir des brebis galeuses, pour nier la réalité des violences policières ? A l’heure où l’on s’indigne sur le sort d’une malheureuse vitrine avec un cynisme absolu et une théâtralisation excessive, les violations de plus en plus importantes des droits humains sont pourtant pointées à l’international, et les blessés se multiplient à outrance, terriblement banalisés. Faudra-t-il que le scandale provienne de l’étranger, en l’occurrence dans le cas qui nous préoccupe aujourd’hui, de la Suisse, pays si peu suspect de gauchisme, pour que les verres de certaines lunettes se désembuent, que les médias se réveillent, et que le pouvoir cesse de nous prendre pour des imbéciles ?

Capture

Dans cet article,  les pouvoirs publics sont accusés par le journal suisse d’avoir tenté de maquiller la réalité en faisant porter le chapeau de cette affaire aux manifestants eux-mêmes, arguant du fait que cette victime aurait été touchée par un fumigène. L’enquête a prouvé que c’était faux. Et le journal de s’interroger judicieusement  sur cette étrange volonté de notre gouvernement de tenter de camoufler cette histoire ou d’en minimiser les conséquences… CQFD.

J’apprends que suite à une enquête préliminaire de l’IGPN, le parquet de Paris a annoncé aujourd’hui l’ouverture d’une information judiciaire après qu’un jeune homme de 28 ans a été gravement blessé lors d’une manifestation à Paris le 26 mai où un policier avait jeté une grenade dissuasive. L’enquête qui va être confiée à un juge d’instruction a été ouverte contre X pour « violences volontaires par personne dépositaire de l’autorité publique avec usage ou menace d’une arme« . Quand on sait la difficulté pour les victimes de faire reconnaître leurs préjudices dès qu’il s’agit des forces de l’ordre, puisqu’elles sont à la fois juges et partie, voilà qui constitue un exploit. Faudrait-il que la victime soit d’origine étrangère pour que les événements forcent ce gouvernement si complaisant avec le mensonge à accepter la pleine mesure de ces drames, et prendre enfin conscience de sa propre responsabilité ? Je n’ose y croire… Vu qu’il ne l’a toujours pas reconnue dans celle de Rémy Fraisse… Nous n’oublions pas. Ni Rémy, ni ce suisse, ni  ce breton qui a perdu un œil, ni Romain. La liste commence à se faire longue…

1 commentaire

  1. Les messages laissés sur Le Matin sont ahurissants. Comme si ce balader dans une manif avec la fleur à la boutonnière suffisait pour se protéger des fumigènes et autres gaz hilarants !

    La solidarité helvète se révèle dans toute sa splendeur. Honte à cette Suisse que je ne reconnais plus !!!

    Gene

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s