Casser la gauche : #EELV : fait.

Après que les écologistes de salon aient quitté EELV, dopés par leur opportunisme, leur anti-gauchisme plus que primaire et leurs convictions plus libérales qu’écologiques, la disparition du groupe EELV à l’assemblée nationale n’était qu’une question de temps.  C’est chose faite à présent :

Six députés écologistes, « réformistes », quittent le groupe créé en 2012 pour rejoindre les socialistes, ont annoncé, jeudi 19 mai, Bruno Le Roux, président du groupe PS, et François de Rugy…

Bien entendu, les fauxcialistes s’en réjouissent assez cyniquement. Un bastion d’opposition de moins, c’est toujours bon à prendre. Surtout en période de complète dégénérescence du PS qui perd les forces vives de ses militants et mécontente si fortement l’électorat populaire, qui se sent à juste titre trahi.  L’explosion d’EELV tombe à pic. On passera sur la tartufferie qu’il y a à prétendre défendre l’environnement en se conformant aux pratiques libérales si destructrices des ressources de notre planète, ce qui est valable à la fois pour le PS et ces guignols autour de de Rugy. Des écolos de salon, vous dis-je.
Ne pouvant détruire un front de gauche qui n’existe plus bien que le PCF s’en attribue encore tout le mérite et l’étiquette,  la stratégie de destruction de la gauche par Valls est en train de porter ses fruits. Suffit de passer sous silence partout dans les médias l’initiative JLM 2017 et le tour est joué. Ainsi, le président dont la plupart des français rêvent de la déchéance peut ainsi espérer se voir réélire en fermant les yeux sur le désastre. Jusqu’ici, tout va bien !  Il peut  poser cyniquement en seul défenseur de la démocratie (ne pas rire, quand on voit ce qui est en train de se passer…) face à l’épouvantail du FN que ceux qui ont l’audace de ne pas le soutenir conforteraient (on connait cette musique de crécelle…). Et renvoyer l’Autre gauche, la seule fidèle à ses valeurs, aller paitre dans les douces prairies thatchèriennes de TINA.
Belle vision démocratique que voilà, qui consiste à penser qu’en dehors des derniers pré-carrés de gogos qui continuent à le soutenir malgré les évidences, il n’y aurait point de salut. C’est sous estimer fortement la colère en cours, nourrie de cette insistance à nier toute volonté d’alternative politique. Qui sème la misère... Notre pays ne veut plus de cette vision libérale prédatrice, partagée à la fois par le PS, LR et le FN, et ce n’est pas en lançant des appels commandés par pur calcul dans Libération que cela va changer la donne. Les gens s’informent et enrichissent leur culture politique et leurs idées ailleurs que dans les cercles convenus. Depuis Internet, que ces gens là détestent, et pour cause puisque tout un monde et tant d’échanges lui échappent, leur vieille manière de faire de la politique est en train de se voir soufflée. Et ce n’est pas une poignée d’écologistes à l’eau de rose qui y changeront quoi  que ce soit.  Ils seront emportés comme un fétu de paille avec leurs congénères au prochain changement de majorité. Et ne restera plus alors dans la perception populaire de simples opportunistes qui auront fait un bien mauvais calcul, et n’existeront plus qu’à la marge sur laquelle ils se sont mise. Des mouvements dits écologistes solubles dans le libéralisme, donc de droite, dans ma vie, j’en ai connu un sacré paquet. Aujourd’hui, il n’en reste rien. Si ce n’est le vague souvenir d’un Waechter  compromis avec l’extrême droite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :