Le melon de Mélenchon

guignol-baton-236185D’une certaine manière, à lire ces derniers interviews, dont celui qu’il vient d’accorder au JDD hier, Mélenchon m’apparait tout aussi déconnecté de la réalité que ceux qui nous gouvernent. La seule différence, c’est que lui, au moins, consent à la  part de rêve quand les honnis de tous prétendent à un pseudo-pragmatisme qui n’est qu’idéologie libérale. J’écris cela après avoir lu ceci :

Le gouvernement a amené l’autorité de l’État au bord de l’effondrement. La France est contaminée par la décomposition chaotique du Parti socialiste. ­Aujourd’hui, Manuel Valls n’a plus de majorité et plus d’autorité dans sa propre famille politique. Sa façon de faire durcit tous les rapports. Sa politique conduit à l’accélération inouïe des violences sociales et des tensions dans le pays. Il faut que la loi travail soit retirée et que Valls s’en aille. À quoi bon deux mois de violences jusqu’à la prochaine motion de censure en juillet? Dans deux mois, Valls sera renversé.

Action, réactions. Tout d’abord, invoquer l’autorité de l’état, entre parenthèses, me renvoie à un certain nationalisme franchouillard et plutôt chauvin qui m’agace de plus en plus dans le positionnement de Mélenchon, comme s’il tentait de grappiller des voix à l’électorat souverainiste. Sur la suite, rien à redire, je partage la même analyse sur les violences consécutives à une loi inique et à la manière dont on l’impose contre le gré des français. Mélenchon a raison :  »  Il faut que la loi travail soit retirée et que Valls s’en aille. » Sauf que. Valls ne s’en ira pas. La loi ne sera pas retirée. Une nouvelle motion de censure, personne n’y croit. Quand à la possibilité que les frondeurs fassent preuve d’un courage qu’ils n’ont pas, c’ est pour le moins très improbable. Dans ces conditions, asséner que « Dans deux mois, Valls sera renversé » n’est qu’une bravade de plus d’un petit Napoléon qui veut se faire plus grand que l’empereur. Qui peut encore croire de telles fanfaronnades ? En disant cela, Monsieur JLM2017 ne fait que bercer ses troupes de douces illusions de nature à endormir la colère d’un peuple, qui se traduira bien autrement que dans un hémicycle aux contours si convenus. La vérité de notre société n’est plus dans ce cadre, qu’elle déborde de manière de plus en plus visible, malgré toutes les tentatives de répression et le concours complice de l’état d’urgence. Aussi, Mélenchon est dépassé, et son beau discours qui peine à trouver une consécration dans la réalité, plutôt ridicule. Un pantin grand-guignolesque.

« Je peux être en situation d’être présent au second tour.« 

(Le melon, toujours le melon…)

2 commentaires

  1. Ce n’est pas le melon, c’est normal qu’il croit en son combat et en sa candidature, sinon ce serait du cynisme.

    Je ne vois pas le rapport entre autorité de l’Etat et souveraineté… Moi, la souveraineté populaire ne me dérange pas.

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s