Du FN au Vallsisme, cette lèpre identitaire qui dissimule si mal son racisme

Auparavant, l’obsession raciste de la colonisation de la France par les musulmans était le fait d’une minorité de paranoïaques étreints par des démons  intimes dont les outrances auraient du être traitées depuis longtemps par des médecins compétents. Ces gens là, inutiles de les citer (ce serait leur faire trop d’honneur), tout le monde les connait. Mais cet esprit prétendûment politiquement incorrect, soi-disant tabou, devient de plus en plus une facilité qui envahit dangereusement notre univers informationnel, tant ses tenants sont devenus si médiatiquement visibles au fil du temps. Ce sinistre politique et moral était fort heureusement autrefois circonscrit aux milieux d’extrême-droite. Puis, avec l’avènement toxique du Sarkozysme, ce genre de fantasmes identitaires fait d’un républicanisme révolu et chaque jour davantage mis à mal, de culture blanche et chrétienne, d’enracinement rural et de « c’était mieux avant » a gagné du terrain. Avec les attentats de l’année dernière en France et de cette année à Bruxelles, ce courant raciste moisi s’est accru, accentué, et se montre d’autant plus virulent qu’il se nourrit de la peur et de l’inconnu. Comme l’écrivait à juste titre Olivier Cyran sur twitter ce soir, il y a donc une continuité qui ressemble fort à une épidémie mentale qui ne se circonscrit plus à l’extrême droite et la droite dure. Une certaine « gauche » est également contaminée, dont la polémique Rossignol, et l’appel au boycott des vêtements dits « islamiques »par Elisabeth Badinter ne sont que quelques symptômes significatifs.  CaptureOn aurait pu y ajouter le printemps républicain qui dissimule si mal derrière sa laïcité à géométrie si variable son racisme envers une seule et unique communauté, à l’exclusion de toute autre. Et donc, alors que les religions n’ont jamais pris aussi peu de place dans l’esprit des gens, que  les deux tiers des français  ne sont pas ou plus croyants, les médias et les politiques ne cessent de nous harceler avec ce genre de sujets. Suis-je le seul à étouffer dans ce monde qui bascule dans cette obsession anti-musulmane ? Quand on n’est pas foutu de proposer un projet de société enviable, on en est donc médiocrement réduit à désigner des boucs émissaires faciles. Et ces polémiques successives et incessantes sur le communautarisme, les signes extérieurs religieux, qui ne concernent bizarrement, invariablement, que la seule communauté musulmane, m’exaspèrent au plus haut point. Moi qui suis athée, je ne vois que trop bien à quel point cela relève d’un racisme larvé, et que la prétendue laïcité qu’on prétend sauver et à laquelle je suis pourtant moi-même fort attaché,  ne protège somme toute que la  seule communauté blanche, catholique et aisée. Les autres ont bien d ‘autres chats à fouetter.  Tant qu’on s’occupe de cela, on ne s’occupe pas du chômage. et de la pauvreté, racines de bien des maux, pourtant.