#19mars1962 : la fachosphère #LR #FN est en effet du mauvais côté de l’histoire…

Toute la fachosphère  est en émoi, et révèle le vrai visage d’une vieille France archaïque, rétrograde et colonialiste, réfutant  le droit des populations à disposer d’elles-mêmes et crachant sur les droits humains, de le Pen à Sarkozy.

L’annonce de la participation de François Hollande aux commémorations des accords d’Evian samedi 19 mars a provoqué la colère d’une partie de la droite et du FN. 

C’est une plaie toujours à vif. Cinquante-quatre ans après, la guerre d’Algérie continue de diviser la classe politique française. La polémique sur la commémoration samedi 19 mars des accords d’Evian qui ont mis fin à la guerre en est l’illustration parfaite. Pour la première fois un président de la République décide d’y participer. François Hollande va notamment prononcer un discours devant le mémorial national de la guerre d’Algérie et des combats du Maroc et de la Tunisie, situé au Quai Branly. Une participation qui a provoqué l’ire d’une partie de la droite et du FN.(source)

Pour une fois, cela pourra étonner, je suis du côté de Hollande, qui doit absolument rester droit dans les bottes de Valls, face aux discours de haine et de racisme recuits de la droite rance jusqu’en ses extrêmes.  Leurs discours et leurs positions sont de toute manière de plus en plus solubles dans le nationalisme le plus grotesque et sa cohorte de discriminations assez minables. Et voir Sarkozy se livrer à cette récupération pathétique pour donner (encore) un gage aux électeurs du FN est assez pathétique :

Choisir la date du 19 mars, que certains continuent à considérer comme une défaite militaire de la France, c’est en quelque sorte adopter le point de vue des uns contres les autres, c’est considérer qu’il y a désormais un bon et un mauvais côté de l’Histoire et que la France était du mauvais côté » (le Figaro du 18 mars, Nicolas Sarkozy)

Ce  comportement va en effet à l’encontre du sens de l’histoire.  On assiste ici à une polémique stérile,  celle de la France d’hier, qui nie le devoir de notre pays de dépasser son passé colonialiste, face à celle d’aujourd’hui qui a quant à elle une responsabilité vis à vis de sa communauté d’origine algérienne, l’une des plus significatives dans ce pays où nos histoires sont si irrémédiablement liées. Nous lui devons ce devoir de mémoire, et la place du Président de la République doit être dans le camp de la paix, et donc de la signature des accords d’Evian, plutôt que dans celui de la morgue et du mépris colonialiste qui soutenait le camp des colonels fêlons. Même de Gaulle l’avait compris et avait dû s’y résoudre. Drôle de constater que ceux qui s’en revendiquent s’opposeraient alors à lui….Rappelons à ces réacs sans cervelle que ces accords d’Evian avaient d’ailleurs été approuvés, lors du référendum du 8 avril 1962, par 91 % des votants de France métropolitaine, les principaux concernés, les algériens, étant exclus du vote… Et ces « bons »  français d’aujourd’hui s’opposent donc au choix démocratique de ceux d’hier ? Nous régressons terriblement, visiblement.

Post-scriptum : je suis moi-même fils de pieds noirs, et j’emmerde le FN et Sarkozy, ce faiseur d’embrouilles…