Quand l’espoir a vraiment une sale gueule… #FN #MLP

Capture
source : capture d’écran blog MLP

La supercherie populaire que constitue l’escroquerie politique représentée par le parti fasciste d’extrême-droite dénommé si sobrement  FN continue. Marine Le Pen vient d’ouvrir un blog de campagne intitulé avec tant de poésie surannée « carnets d’espérances ». Les siennes  seulement, il est utile de le rappeler, au cas où elle prendrait autant le melon que Le Maire. Car 85 % des français n’en veulent pas. Alors, pour tenter d’appâter le gogo,  poursuivre l’habile stratégie de dédiabolisation entamée avec le précieux concours de médias dociles, genre BFNTV qui invite tous les 4 matins Philippot (ce qui n’empêche pas ledit parti de se dire victime de l’ostracisation des médias et de se dire hors système. Heureusement que le ridicule ne tue pas),  des communicants gominés  (par L’Oréal ?) ont cru bon de lui apporter sur un plateau doré  un beau blog bien léché où rien ne dépasse. Photos triées sur le volet qui respirent la joie et la douceur de vivre, couleurs pastel partout, textes savamment étudiés où pas un mot n’est trop cru ou trop dur, rien ne doit heurter la sensibilité des bons patriotes islamophobes attirés par ce chef d’œuvre de guimauve. Exit l’islamophobie qui constitue le fond de commerce du FN. On en oublierait presque d’où vient celle qui se pose frauduleusement en reine des prolos, les exactions permanentes du FN, la violence des cadres de son parti, la haine et le mépris pour les plus vulnérables que sont les étrangers, les migrants, et les attaques systématiques des pauvres ou des opposants  dans les communes que son parti gère. Sans parler des dangereuses proximités avec des milieux nazis bien peu recommandables qu’elle a fréquenté, et que sa nièce fréquente encore si volontiers…  au point de ne voir aucun inconvénient à les présenter sur sa liste. Nul n’est dupe.  Marine Le Pen n’est définitivement pas une femme comme les autres. Ce blog d’attrape-nigauds durera ce que dure les roses. Le parfum en moins. Si on ne l’aime pas, ce n’est pas tant pour la vue, mais pour l’odeur :  ça sent le vomi.