Vers une société totalitaire par le contrôle du Net… en France !

Capture

« L’enfer est pavé de bonnes intentions »

Je ne suis pas le dernier à lutter contre ce genre d’ordures de la pensée humaine, sur les réseaux sociaux et ailleurs. J’ai fait partie de plusieurs groupes vigilants qui avaient pour fonction de repérer et de signaler les comptes des taré(e)s qui les propagent. J’y ai d’ailleurs pour les besoins de la cause perdu bien des comptes…  A l’occasion, j’ai fait l’objet de harcèlement de la part de fachos. J’ai adressé de nombreuses alertes à Pharos dans les cas les plus graves. La liberté d’expression, argument ultime pour qui n’en n’a plus  afin de faire fermer son clapet à ses contradicteurs quand il s’agit de justifier le pire, les horreurs et l’indignité,  ne fonctionne plus quand on nie la liberté et le respect de l’Autre, qu’on en fait un pur objet de plaisir, de mépris, de violence et de mort. Pourtant, déjà remonté contre la loi renseignement et ses injustifiables intrusions contre le droit à l’intimité de chacun, quand j’ai appris que le gouvernement et les forces de l’ordre voulaient aller encore plus loin en automatisant les blocages et déréférencements des contenus ou sites internet qu’ils estiment illégaux, de leur propre chef, je suis tombé des nues. Nul doute qu’il s’agisse de leur part de faire preuve d’efficacité face à une tâche probablement énorme, rendue encore plus difficile et exponentielle par  la relative impunité dont pensent jouir les auteurs de ce genre de saloperies, bien à l’abri derrière leurs écrans. Il est fort probable aussi que les faibles moyens humains des forces de l’ordre chargées de la traque sur internet de ce genre de contenus toxiques et nuisibles explique cette demande choquante à mes yeux. Mais jusqu’où peut-on aller cependant dans le toujours plus loin vers le pire, en  niant ainsi les libertés publiques les plus fondamentales, les bases les plus profondes de ce qu’il nous reste de démocratie ? Sans l’intervention d’un juge, ce genre de pratiques, si elles devaient être autorisées, que ce soit pour une bonne ou une mauvaise cause, nous conduiraient assurément vers un modèle de société totalitaire. Mon optimisme s’incline sur ce dossier face à la réalité. Je ne suis plus très sûr en effet que nos dirigeants politiques soient en capacité de percevoir à quel point ils sont en train de creuser la tombe de nos libertés… En autorisant la mise en place de tels outils, se rendent-ils compte qu’ils mettent nos vies personnelles à la merci de n’importe quel individu malveillant ? Vu leur perception en général si imparfaite, voir inexistante, et médiocre d’internet, je le répète, je ne suis pas très confiant… On est là en train de mettre en place un système de contrôle et d’éradication des contenus malveillants qui, dans les mains d’un pouvoir encore moins démocrate que l’actuel (suivez mon regard…), nous conduirait au musèlement de toute liberté d’opinion. C’est suffisamment  grave et inédit pour que j’y consacre une grande partie de mon temps personnel. Urgent, agir.

2 réflexions sur “Vers une société totalitaire par le contrôle du Net… en France !

  1. J’ai un doute …

    « Je ne suis plus très sûr en effet que nos dirigeants politiques soient en capacité de percevoir à quel point ils sont en train de creuser la tombe de nos libertés… »

    Mal informé sur quelques sujets, ce qui est logique, tu sembles vouloir prendre ici le parti pris de la naïveté aussi vais-je me permettre d’écrire ici ce dont je suis personnellement convaincu :

    CHACUN A SES INTÉRÊTS PROPRES ET LES DÉFEND .

    – L’État,
    – Les gouvernements actuels et futurs
    – Les forces de l’ordre

    Le premier, a-priori apolitique, doit protéger le peuple.
    Les gouvernements doivent mettre en place les moyens nécessaires à la politique pour laquelle ses membres ont été élus et/ou choisis.
    Les forces de l’ordre doivent protéger la population et la société …

    Dans le cas présent, le gouvernement actuel ne songe qu’aux présidentielles.
    Il fonde sa politique non pas sur la recherche du bien commun (lutte contre le chômage, éducation, justice etc etc) mais profite cyniquement du terrorisme pour contrôler au mieux le peuple et se doter des moyens nécessaires à la réélection du chef de l’état.

    Les forces de l’ordre défendent logiquement ce qu’elles pensent être leur intérêt et, au même titre que toute corporation (chauffeurs de taxi, paysans, patronat et j’en passe), aimeraient voir leurs pouvoirs (politique, matériels et humains) augmentés.

    Les uns ont besoins des autres au détriment … du peuple !

    Le gouvernement actuel « surfe » sur le terrorisme pour maintenir et accroître un climat anxiogène propice, si les dirigeants actuels peuvent se présenter comme « vainqueurs » (contre daech, le chômage …), à la réélection des Fauxcialistes.

    L »‘état de guerre », et nous l’avons toutes et tous constaté, permet aussi (et surtout ?) de ficher, de mettre au pas les opposants politiques supposés (altermondialistes, écologistes, syndicalistes). L’Élysée a besoin des flics et les flics ont besoins de l’Élysée.

    Alors, bien entendu, il doit y avoir de bons serviteurs de l’état et les policiers et militaires ont aussi à cœur de défendre la veuve et l’orphelin … mais pas que.

    Je viens de l’écrire et je me répète : le gouvernement ne pense et ne travaille que dans le sens de la réélection de l’actuel chef de l’état et les forces de l’ordre (police et gendarmerie) profitent du contexte terroriste pour aussi et surtout lutter contre celles et ceux fiché(e)s comme opposant(e)s et se faire doter de tous les pouvoirs de renseignement et de répression possibles.

    J’ai parlé ailleurs de résistance, un pouvoir fascisant est un ennemi parmi d’autres …

    J’aime

Les commentaires sont fermés.