Le Conseil Départemental du Haut Rhin invente le bénévolat forcé

Travailleur social depuis près de 30 ans, je suis profondément outré par la décision du Conseil départemental du Haut-Rhin de conditionner le versement du RSA à sept heures de bénévolat par semaine. Cela s’apparente à mon sens à du travail forcé. j’ai souvent entendu ce discours typiquement de droite qui consiste à s’indigner sur le registre des discussions de comptoir d’un prétendu phénomène d’assistanat et de proposer dans la foulée assez abruptement des chantiers de travail obligatoire pour autrefois les bénéficiaires du RMI, aujourd’hui pour ceux qui touchent le RSA. C’est à mon sens une forme de sanction, qui découle du principe d’une perception fausse, que ceux qui touchent les minimas sociaux seraient responsables de leur propre misère, et qu’il conviendrait de les rééduquer par des sortes de chantiers d’intérêt collectif. Or, c’est ignorer que la plupart souffrent davantage de leur situation qu’ils n’en vivent, hormis quelques cas marginaux. En outre, il existe déjà des mesures aidées qui permettent aux bénéficiaires du RSA d’accéder à une activité professionnelle rémunérée et légale par le biais des Contrats Uniques d’Insertion dans le secteur public (CUI-CAE) ou privé (CUI-CIE). Les autres seraient-ils donc pour ces réacs de simples tire-aux flancs ? Permettez-moi compte tenu de mon expérience d’en douter fortement. Ils ne sont simplement plus en capacité pour la plupart d’occuper un emploi, pour des raisons physiques ou psychiques.  Les stigmatiser encore plus par ce genre de mesure m’apparait donc une très mauvaise idée, et je doute en outre de la légalité de cette mesure discriminatoire. J’espère donc que le tribunal administratif sera saisi, et retoquera cette mesure inqualifiable. Rappelons enfin qu’un bénévolat forcé, ce n’est plus du bénévolat, mais de l’exploitation pure et simple. Quand on sait que le RSA c’est environ 450 euros par mois pour une personne seule, on ne peut pas laisser dire que ce serait du parasitage. Vous en vivriez vous ? Marre de ce genre de discours à l’emporte-pièces complètement grotesques et absolument pas rationnels. Juste de l’idéologie de droite dure, et du mépris pour les « petites gens ».

6 réflexions sur “Le Conseil Départemental du Haut Rhin invente le bénévolat forcé

  1. Quand je parlais de STO nouvelle mouture en perspective par le biais du RMI et du chômage (mon père sympathisant communiste et délégué syndical l’a vécu avant de s’évader et devenir faire sauter des convois militaires allemands en 1943 : STO proposé à Pétain par François MITTERRAND, soi disant évadé d’un stalag), beaucoup de copains de gauche me parlaient de Godwin. Maintenant, çà y est, nous y sommes . On fait quoi ? On attend encore en jouant les « raisonnables » qui analysent avant de jouer les surpris ou on se réveille un bon coup ? CC

    Aimé par 1 personne

  2. 450€ pour 7h de travail par semaine , si c’est ça l’esclavagisme, je signe tout de suite . et encore, si je suis en couple avec deux enfants, c’est 1600€ .
    pour ce prix là , il y en a qui travaillent dehors par tous les temps et en plus paient l’impôt .
    mais ça doit être ta conception de l’égalité .

    J'aime

  3. Philippe. Le problème c’est que les 7 heures hebdo sont dispersées de façon à ne pas pouvoir sortir de ce « salaire » plafonné, sans espoir de pouvoir trouver un vrai emploi qui devrait pourtant être inscrit dans la constitution comme droit élémentaire, au me^me titre que pouvoir se loger et se nourrir. Donc 450 euros par mois en bossant 7 heures la semaine çà peut paraître sympa vu d’extérieur, mais en terme d’achat de l’espoir d’en sortir, çà donne plutôt 450/30= 15 euros par jour en restant sur le qui vive et sans avenir… Une répartition des richesses pas terrible pour être la 5e puissance économique du monde, non ? Au fait. Çà vous intéresse ? Il y a des places à prendre tout en libérant de vrais emplois… Chiche !

    J'aime

Les commentaires sont fermés.