A quand une dégressivité du traitement des ministres en fonction de leurs résultats ?

Si j’en juge par plusieurs signes avant coureurs ici et , il semblerait que le gouvernement et ce qui lui reste encore de soutiens tente de préparer doucement l’opinion publique à l’idée qu’il conviendrait d’attaquer frontalement un régime d’assurance chômage jugé trop favorable. (source)

Capture1Je ne m’étais donc pas trompé…  Dans la même lignée idéologique que celle d’un Wauquiez qui s’obstine malgré la réalité à présenter les chômeurs comme des parasites qui suceraient le sang des contribuables aisés, le gouvernement songe donc à s’en prendre aux allocations chômage, en les rendant dégressives. Sapin a beau prendre la précaution liminaire de préciser que cette mesure serait assortie de davantage de droits pour les chômeurs, je n’en considère pas moins qu’il s’agit là d’une pitoyable excuse pour maquiller cette attaque si peu socialiste contre les plus vulnérables d’entre nous. Baser sa communication comme son action sur le postulat de départ Capture2aisément critiquable qu’il y aurait de l’emploi pour tous, (un filon extraordinaire d’emplois cachés, peut-être ? Vite, à la poursuite de ce monstre du Loch Ness !)  et qu’il s’agirait de former les demandeurs d’emploi pour qu’ils/elles en retrouvent un est particulièrement grotesque.  En plus de nier la réalité de la rareté de l’emploi – il faut vraiment, comme cette élite là, n’y avoir jamais été confronté – c’est en effet faire reporter le poids de leur propre situation sur les chômeurs, qui seraient donc coupables de ne pas rechercher d’emplois, ou de n’être pas assez formés ¹ Il conviendrait donc pour ces bonnes âmes soucieuses du bien être populaire de les éduquer en les remobilisant par la dégressivité de leur allocation royale…

Capture

source

De plus, la supercherie de ce gouvernement fera rapidement long feu. Car compte-tenu de la situation budgétaire de ce pays, je doute fortement qu’on propose à tous les chômeurs qui en ont besoin des formations longues, diplômantes, seules en capacité de leur permettre un accès à l’emploi, ou une réelle reconversion si nécessaire. Et encore, à condition que le secteur d »activité ciblé s’y prête…

CaptureEt donc, comme depuis trente ans que je fréquente ce thème de la lutte contre le chômage, nous allons assister à un nouveau saupoudrage, avec des formations si courtes qu’elles ne changeront rien en profondeur, et ne serviront qu’à engraisser ces vendeurs de vent que sont la multitude d’organismes de formation plus ou moins sérieux… entraînant les chômeurs de désillusions en désillusions, et d’emplois aidés en emplois à court terme, tentant de survivre dans une précarité généralisée, seul horizon indépassable et proposition d’avenir du système libéral à présent partagé par cette gauche là comme par la droite jusqu’en ses extrêmes. Mais ce gouvernement pourra toujours se donner bonne conscience en prétendant qu’il a fait quelque chose… alors que l’on voit le beau résultat de sa politique de revirement incompréhensible et si peu de gauche, basée sur l’offre plutôt que la demande, seule en capacité par une politique économique plus ambitieuse de créer de  l’emploi. Nul n’est dupe. La sanction risque d’être particulièrement  cruelle, en 2017.

.Capture3

 

¹ à moins que ce ne soit de ne pas savoir rédiger un CV convainquant, une lettre de motivation accrocheuse, ou de définir un projet professionnel réaliste, sans parler d’un look impeccable et adapté, comme le veut le jargon de base des professionnels de l’insertion, desquels je fus  ? Tous moyens de faire de nouveau porter sur le chômeur la culpabilité de sa propre situation, alors que notre société et ses acteurs politiques comme économiques  sont tellement infoutus de créer de l’emploi… Mais ne se gênent pas pour fustiger les chômeurs… dans le cocon de leur petit confort moderne.