Le plus mauvais livre politique de l’année

CZ4H3IgXEAAAnIP

Voilà qui est réjouissant. Déjà que la simple idée de publier ses propres discours (les a-t-ils écrits lui-même, au moins ?) relève d’une vanité assez puérile en effet,  qui définit plutôt le personnage, si en plus il fallait s’emmerder à le lire… Et pourquoi pas imposer à nos chères têtes blondes d’en apprendre par coeur des extraits, tant qu’on y est ? On a déjà connu ça… S’emparer du filon politique assez discutable que constitue les attentats, la lutte contre le terrorisme et ce sempiternel état d’urgence finissant par constituer un régime d’exception permanent m’apparait en outre particulièrement discutable sur le plan moral. Mais je doute que cela lui effleure même l’esprit. S’il en a, ce qui ne m’a pas encore été démontré.

NB. On est tout de même en droit de se poser des questions sur la bonne santé mentale de ces 410 personnes qui ont acheté ce livre… ça fait peur. Faut vraiment être timbré.

3 réflexions sur “Le plus mauvais livre politique de l’année

  1. Sur 410 exemplaires écoulés, combien sont tombés du camion ? Combien se sont perdus derrière la gondole où on les retrouvera lors du grand ménage annuel ? Combien sont quelque part entre la librairie, le distributeur et l’entrepôt de stockage? 410 exemplaires, c’est moins que la marge d’erreur d’un ouvrage qui se vend gentiment…

    J'aime

Les commentaires sont fermés.