les contestataires seraient donc des terroristes ? Assignez-moi ! #etatdurgence

Capture
Partager le texte « Assignez-moi » et signer la pétition ici.

A force de tirer sur la corde de plus en plus élimée du terrorisme et de son pendant détestable qu’est l’état d’urgence, qui justifie avec de plus en plus d’évidence le tout-et-n’importe-quoi jusqu’au grotesque, le vide intersidéral de certaines pensées libertarées finit par se voir. C’est ainsi que le journaliste Pierre Rimbert, dans un article à lire absolument dans le Monde Diplomatique, étrille ce genre de positions absconses qui croit discerner en tout rebelle contre l’ordre établi tel qu’il est (c’est à dire plutôt mal pour un nombre de plus en plus croissant d’individus), un suppôt du terrorisme ou, expression tellement à la mode qu’elle en devient insipide, ses « idiots utiles ».

Capture

Or, il se trouve que par le plus grand des hasards, je suis l’un d’entre eux. Je ne cesse de dénoncer à longueur de pages web ce système économique qui nous broie, et fonce dans le mur à la vitesse d’un TGV Lyon-Turin… avec toutes les magouilles qu’on connait. Je ne vais jamais au Mac-Do et ma blague favorite, que je réserve aux inconnus, pour le seul plaisir (assez puéril je l’avoue) de constater leur réaction,  est de claironner que si je rentre un jour dans l’un d’entre eux, ce sera pour le démonter. Je défends bec et ongles l’Etat social, seul tampon de sécurité possible, à défaut d’être entièrement efficace, pour protéger les plus vulnérables dans notre société, devoir de solidarité oblige. Je suis de toutes les luttes du pot de terre que sont devenus les salariés, avec la complicité de ce gouvernement si peu de gauche, contre le pot de fer que sont les patrons voyous, les grandes entreprises sans âme ni morale guidés par les seuls intérêts à court terme cupides des fonds de pension…  dont il ne dérange pour le coup plus personne, malgré une étrange préférence nationale à géométrie variable, qu’ils ne soient pas français. je suis également de ceux qui ont défendu ces salariés d’Air France, injustement considérés comme de vulgaires terroristes par des politiques hors sol comme par les pouvoirs économiques dominants  parce qu’ils avaient commis le crime impardonnable de s’en prendre au symbole ultime et manifestement intouchable de ce monde sans la moindre morale dicté par la seule cupidité que sont les DRH. Au point de l’avoir payé de leur emploi, licenciés qui plus est « sans indemnité ni préavis« , une honte absolue et une injustice sociale flagrante que nous ne sommes pas prêts d ‘oublier à l’heure où tant de politiques corrompus ne paient jamais leurs innombrables délits bien plus graves. Pire, signant mon crime, j’ai le front d’en appeler au Général Ludd, le temps des beaux discours et des luttes syndicales classiques étant visiblement marqué durablement par son impuissance dramatique à juguler les errements d’un capitalisme sauvage sans garde-fous d’aucune sorte avec la complicité des politiques de droite comme d’une gauche à  l’eau de rose souillée. Et ma sincère résolution pour cette année qui commence est d’appeler à la révolution, convaincu que ce monde ne changera pas sans que nous n’y prenions part, et sûrement pas avec les vieilles méthodes du passé, qui laisse les pouvoirs en place indifférents, quand ils ne sont pas carrément méprisants…  Normal, ils ont tant d’intérêts en commun avec le monde de la finance… C’est pourquoi j’ai tant apprécié cet article, comme une revanche sur ces puissants qui nous prennent pour quantité négligeable, avec tant d’acharnement dans la durée, et de violence invisible. je suis bien placé pour voir et savoir que cela est rendu possible par l’appui plus ou moins directe de ces véritables idiots utiles que sont les « journalistes » couchés. Car Pierre Rimbert ne fait pas qu’étriller Le Point, c’aurait été trop facile, la couleur de ce torchon de droite n’étant plus à déterminer et dénoncer, vu ses unes putrides qui ont tant contribué à banaliser les positions les plus réactionnaires, comme par exemple le discours du FN et des identitaires. P. Rimbert suit à la trace tous ceux qui légitiment et renforcent en une même ligne de construction idéologique douteuse un certain discours visant à étouffer toute contestation, recourant pour cela à un prétendu pragmatisme supérieur qui à me yeux n’en constitue pas moins une nouvelle religion, dont je brocarde souvent sur ce blog les misérables manières de ses adeptes de la Croâssance. Ce Pierre là (sur lequel il est fort peu probable qu’une foule immense bâtisse son église…et c’est tant mieux !) et moi avons donc les mêmes adversaires. Libération est ainsi également montré du doigt dans sa bêtise crasse :

La thèse d’une attaque contre « ces quartiers métissés et bigarrés, dessalés et chaloupés qui sont ce que nous avons de meilleur » (Libération, 15 novembre 2015) oubliait le projet de massacre au Stade de France, moins assidûment fréquenté par les prescripteurs culturels.

Pierre Rimbert termine son article par ses mots, à propos d’un article dans Le Monde de Noblecourt :  :  » Qu’un syndicat défende la paix et l’action syndicale pendant que les milieux dirigeants communient dans la guerre et l’état d’urgence, le crime est assurément impardonnable.«  C’eut été parfait s’il y avait ajouté – modeste remarque qui ne change rien sur le fond et n’entame nullement la qualité de l’article – la dimension consumériste de notre société, qu’un certain médiocre petit homme a choisi dé célébrer en s’opposant à nos grandes valeurs par ces mots qui en disent terriblement long sur l’état terriblement étriqué de note société… Ils ont d’ailleurs aussitôt été ridiculisés sur twitter, comme il se doit, par des gens qui, comme moi, trouvaient que cette nouvelle devise (républicaine, vraiment ?) ne remplaçait pas tout à fait avantageusement celle qui est gravée au fronton de nos mairies….

Capture
source (visionner la vidéo)

Capture

Misère politique actuelle. Il faut que ça change. je suis pour la convocation d’un état d’urgence sociale ! Mais sûrement pas avec ces gens là… Définitivement coupés de notre propre réalité, comme de nos valeurs.

8 réflexions sur “les contestataires seraient donc des terroristes ? Assignez-moi ! #etatdurgence

Les commentaires sont fermés.