le seul qui s’égare aujourd’hui, c’est #Valls, entraînant avec lui la déchéance du #PS

je crois que pour le moment, le seul qui s’égare, c’est celui qui ne représente personne d’autre que lui-même et prétend pourtant avoir une vision si supérieure à la nôtre. C’est un homme seul et arrogant, que personne n’a élu à ce poste, et que la gauche ne suit pas ou plus. Oui, la gauche a des valeurs ¹, et ce ne sont manifestement pas les siennes, lui qui préfère les railler et s’assoir dessus chaque jour un peu plus. On a les preuves et les traces.  Tout le monde voit clair dans ce jeu fauxcialiste qui consiste à détruire tout ce qui contrarie son ambition, c’est à dire cette gauche réelle qu’il prétend nier, mais qui existe bel et bien même si elle est mal au point grâce à ces efforts constants pour l’étouffer et la diviser, ce que nul ne peut nier. Son calcul est on ne peut plus visible et lisible au fil du temps, et il est terriblement méprisable de le voir se servir des événements tragiques de cette année pour assoir son pouvoir, son autoritarisme anti-démocratique, et la légitimité qu’il s’attribue. Son choix, avec Hollande, est de mener une politique la plus à droite possible pour que l’ancien futur candidat de nouveau, malgré son bilan désastreux, apparaisse comme un sauveur en 2017,  face à un Sarkozy si brutalement droitier, ou au FN, tout en emportant les suffrages d’un l’électorat de droite plus démocrate, dont il partage davantage les valeurs que les nôtres. Certains pensent avoir trouvé la parade idéale en s’entichant d’un Juppé dont les positions ne répondent en rien à nos valeurs, juste pour exclure celui qu’ils ont si bien combattu, Sarkozy, au profit de Hollande. Pour un homme profondément de gauche, ce n’est pas une solution.  A défaut d’humour ou de second degré qu’on prétend nous asséner, elle frise le grotesque, et contribue à aggraver le confusionnisme déjà suffisamment pesant du débat politique. Car nul ne peut ignorer que ce vieux dinosaure politique a une part de sympathie à gauche, tout simplement par opposition à Sarkozy, dont il prend si habilement soin de se démarquer. Mais ce masque est trompeur, et les solutions qu’il préconise sont brutalement libérales, et risquent fort de décevoir ceux qui l’auraient pris pour autre chose que ce qu’il est. L’erreur a déjà été commise avec Hollande, qui s’est montré sur certains points, comme on le découvre un peu tard aujourd’hui, pire que Sarkozy. Aussi, comment cautionner un tel scénario désespérant, et que je trouve personnellement bien tordu, alors qu’il est si important et tellement urgent de justement proposer un renouvellement à  l’électorat populaire qui apporte de l’espoir, et de nouvelles solutions ? Ce ne sont plus des calculs, qu’il nous faut à présent, mais des convictions. Et qu’un mouvement nouveau, véritablement ancré à gauche, avec des propositions claires, concises et compréhensibles par tous, vienne répondre à ceux qui doutent et désespèrent… Mais qui n’en sont pas prêts pour autant à se laisser berner de nouveau par encore un peu plus de droite et de libéralisme, qu’ils soient l’apanage de pseudo-républicains ou de ce PS qui ne nous représente pas ou plus, et pour lequel plus grand monde ne votera en 2017, même pour faire barrage au FN. Ce vieux stratagème ne fonctionne plus. Il n’y a plus de vote utile, quand on est vraiment de gauche, mais un vote pour le retour de nos convictions profondes et sincères.

¹… et je repense au bon vieux temps où, entre blogueurs, nous lancions des chaînes de billets et où l’une d’entre elles portaient sur « nos valeurs communes« …. Certains ont choisi ensuite de les placer dans le PS, et Hollande. Beau résultat…