Longuet, in mémoriam…

Capture
source

Il lui aura donc fallu cette outrance, cette grossière provocation dont les médias sont tellement friands, pour sortir du cercueil dans lequel il a déjà un pied. Mais il suffira de le renvoyer à ses turpitudes de jeunesse pour l’y voir  retourner. Car Longuet, sénateur de la Meuse, ancien ministre sous Mitterand dans les gouvernements  Balladur et Chirac, et ancien président du Conseil Régional de Lorraine, avant Masseret, a un passé qui ne plaide pas en sa faveur.

En 1964, il prend part, en compagnie d’Alain Madelin, à la création du mouvement Occident, groupuscule d’extrême droite souvent impliqué dans des affrontements violents contre l’extrême gauche.

En 1967, soupçonné en sa qualité de dirigeant du mouvement d’extrême droite Occident d’avoir été un des instigateurs d’une expédition violente contre des étudiants d’extrême gauche à l’université de Rouen (l’un de ces derniers étant laissé dans le coma après l’attaque3), Gérard Longuet est inculpé et condamné le 12 juillet 1967 à 1 000 francs d’amende pour complicité de « violence et voies de fait avec armes et préméditation4 », en même temps que douze autres militants d’extrême droite, dont Alain Madelin, Alain Robert et Patrick Devedjian5. (source)

C’est aussi un homophobe notoire. Ainsi, en 2008, il déclare : « C’est extrêmement réjouissant de savoir que l’on promeut en effet des formes nouvelles de sexualité dans l’école et qu’on combat en même temps la pédophilie… « . En octobre 2012, il se dit favorable à une clause de conscience des maires pour leur éviter de devoir célébrer des mariages entre personnes de même sexe27.

Et c’est donc un tel individu dont l’essentiel de la carrière est purement politique, donc exempte de salariat, qui vient nous faire la morale. On a le droit de rire à gorge déployée. Que notre torrent de rires emporte ce pitre. Car bien que chômeur, je n’ai quant à moi pas démérité, je peux me regarder dans une glace, et mon intégrité comme mes valeurs personnelles restent un trésor qui me différencie de ce cancrelat, auquel je n’envie certes rien.

Post-scriptum : on me signale dans l’oreillette (merci Yarvic) que cet ancien ministre a en outre été attaqué aux prud’hommes en 2013  pour travail dissimulé par l’ancien employé qui veillait sur son voilier de 17 mètres. Les leçons n’engagent manifestement pas ceux qui les donnent…