Quand le #FN s’en prend à l’art, ce n’est pas un hasard.

Capture.PNG

source

Voilà qui ne fait que confirmer mon billet d’avant. L’extrême droite déteste absolument et résolument,  conformément à son aveuglement idéologique qui dépasse largement la seule haine du musulman, la culture et l’art, qui sont des facteurs évidents d’émancipation du peuple. On pourrait citer à l’infini les exemples où l’extrême droite a fait preuve de violence contre tant et tant d’artistes. A Hayange, à Toulouse et ailleurs. Aussi, l’intervention de Christophe Boudot, candidat frontiste de la région Auvergne / Rhône-Alpes, ne m’étonne nullement :

Capture

source

Normal. L’extrême droite et le fascisme qui lui est concomitant n’ont aucun intérêt à ce que la culture en général, et l’art en particulier, subversifs par nature, ne permettent au commun des mortels de s’émanciper. Cela est même un danger évident, un risque dérangeant pour leurs certitudes discriminantes, que toutes les dictatures du monde s’empressent d’étouffer, dès leur accès au pouvoir… L’art fait appel aux sentiments, aux émotions, à la réflexion, au sens critique, et cela risquerait d’éveiller les potentiels électeurs et les pseudos citoyens  à d’autres réalités que celle, obligée chez eux, de la haine, de l’exclusion, du rejet de l’Autre, du racisme, du sexisme, de l’homophobie et autres obligations de penser dans le sens unique débilitant qui est le leur. L’art officiel, dans toutes les dictatures, de droite ou de gauche,  nazie ou communiste autoritaire, a une histoire…    Elle est d’ailleurs tombée dans les oubliettes de sa honte absolue. Plus personne ne s’en souvient. Aussi, bravo les artistes, et vive la résistance. CQFD.