violences policières : ça commence… (et ce n’est pas fini) #etatdurgence

Voilà une information qui ne fait que confirmer mes craintes.…Et dire qu’un certain establishment  prend tous ceux qui s’opposent à l’état d’urgence pour des fous ou de doux rêveurs… Vous savez, ces gens prétendûment pragmatiques et beaucoup plus sérieux et responsables que  nous autres, défenseurs des libertés fondamentales, que l’on traite  avec tant de mépris en ce moment, comme j’ai encore pu l’observer pas plus tard qu’hier  dans CSOJ. Pourtant, les faits sont têtus, et ce qui devait arriver arriva. La Voix du Nord nous apprend la manière scandaleuse dont un homme de 67 ans et son fils ont été victimes, à Boulogne,  de violences policières sans aucune autre raison qu’une simple suspicion relevant d’ une association d’idées ( pure paranoïa) basée sur l’ignoble équation  étranger=terroriste > suspect > perquisition avec effraction, sans la moindre autorisation judiciaire préalable… Inadmissible.

Capture

Nous ne sommes donc plus dans un état de droit. Sinon celui de subir et de fermer sa gueule. Des histoires comme celle-ci vont se multiplier.  Comptez sur moi pour faire la liste de ces exactions qui heurtent ma conscience démocratique. Et le premier qui me dit qu’on ne fait pas d’omelettes sans casser des eux, que l’état d’urgence est nécessaire, que les restrictions de libertés fondamentales décriées par certains râleurs sont toutes relatives, et tout ce genres de conneries, je ne sais pas ce que je lui ferai… Mais je lui souhaite fortement que ce genre d’événements ne touchent pas l’un de ces proches… Restons vigilants, et si vous apprenez d’autres faits de ce genre, faites moi le savoir, je suis preneur, et les relaterai ici, histoire d’être la mauvaise conscience de ce pays en plein errements sécuritaire. Et dire qu’on accablait Sarkozy de pondre des lois sous le coups de l’émotion…. Le PS, et son supplétif qu’est le PCF qui l’a lamentablement démontré ces derniers jours en votant cet état d’urgence qu’il prétendait critiquer, purs tartuffes, ne font pas mieux, en l’occurrence… Où sont les irresponsables ?

P.S. Les amis de la Quadrature du Net recensent eux aussi sur un framapad les « joyeusetés » de l’état d’urgence. C’est ici.

4 réflexions sur “violences policières : ça commence… (et ce n’est pas fini) #etatdurgence

  1. Les circonstances ne sont-elles pas « un peu » provoquées par la politique extérieure ? Je ne m’étends pas sur ce sujet qui me navre. Je tilte sur « Etat de droit » et j’affirme que pour avoir un minimum de droits, il faut en avoir les moyens financiers

    J'aime

Les commentaires sont fermés.