#ParisAttacks : Bachar El Assad et l’extrême droite, alliés abjectifs de #Daesh

Captureje viens de découvrir par cette chaîne que je trouve si médiocre, RTL (simple coïncidence malheureuse), une information qui fait sens dans les circonstances présentes. Il s’agit de ceci :

Capture

Pas de bol pour les fachos bien franchouillards et autres grands remplacés gavés au sirop amer et grossier du racisme envers les musulmans. Ils se voient par là même couper l’herbe sous le pied, sur leur chemin tordu de médiocres  tentatives de récupération, à des fins bassement électoralistes, en dressant les français les uns contre les autres en fonction de leurs croyances et de leur religion, ou son absence… Je considère, à contre-courant, contre l’avis de la plupart je le sais, que l’idée convenue qui consiste à dire que ces événements ouvrent un boulevard à l’extrême droite, est une facilité de pensée. Ces gens là, devant cette réalité là,  sont en train de se décrédibiliser totalement par leur médiocrité, et l’aspect grotesque de leurs solutions radicales totalement inopérantes, inefficaces, impossibles à  mettre en œuvre, fort heureusement. Ainsi, comme le claironnent ces personnalités idiotes du FN, déchoir de leur nationalité des gens qui s’en foutent absolument. Les expulser de France alors que l’on sait maintenant que la plupart sont étrangers… Encore grotesque. De plus, dans ce titre, dans ce presque, ci-dessus, c’est doublement pas de bol pour eux, il y a un nom : celui de Bachar al Assad, qui refuse de condamner ces attentats. Devinez qui, en France, soutient ce dictateur sanguinaire qui fait massacrer son peuple sans le moindre scrupule… Voilà. Tout est dit.  La boucle est bouclée. Qui se ressemble s’assemble. Les hyènes entre elles. Faire le ménage, ici et là. Et pas seulement ailleurs. Balayons devant notre porte.  Les combats sur ces deux fronts sont liés. Il y  a selon moi autant de sens à combattre les nazis dans la Meuse que les barbares de Daesh en Syrie ou ailleurs. Ce sont les mêmes dictateurs, les mêmes ennemis de notre liberté. Les mêmes tarés épris de violence et de meurtres, avec dans la tête le même schéma de négation de l’autre, tous ceux qui ne correspondent pas à leurs pensées étriquées d’une autre époque. Tant pis pour les binaires qui préfèrent des dessins et des coupables plus lisibles.