l’alliance objective de #Valls et du #FN

En une seule parole (malheureuse ? calculée ? idiote ? spontanée ? Rayez les mentions inutiles), le premier ministre vient donc d’offrir au moins 10 points d’avance au FN sur un plateau. Et dire qu’il  prétend le combattre, alors qu’il vient de s’en faire, paradoxalement, l’allié objectif par cette déclaration d’une rare bêtise. En appelant à la fusion des listes PS/LR, il valide en effet la thèse du parti d’extrême droite selon laquelle ces deux partis seraient interchangeables, résumée dans leur fameux sigle UMPS.  Marine Le Pen n’a d’ailleurs pas manqué d’exprimer toute sa gratitude à Manuel Valls. Belle occasion en effet pour elle  de jubiler, et de railler, comme à son habitude.  Cette parole de Valls est particulièrement contre-productive de l’avis de la plupart des observateurs, d’autant plus que ça renforce en outre le confusionnisme et le complotisme politique dont sont si friands les électeurs et sympathisants d’ extrême droite. Cette sortie désastreuse du premier ministre  contribue à ruiner des années de travail d’opposition au FN et à ses idées discriminantes.  Le candidat local du PS est d’ailleurs le mieux placé pour le savoir,  lui qui a demandé instamment au premier ministre et à celui de l’économie de ne surtout pas venir en meeting le soutenir dans le Nord-Pas de Calais, tant leur orientation politique apparaît si peu socialiste. D’autres que moi ont relevé le fait que ce genre de déclarations constituait de plus un aveu de défaitisme insupportable et démobilisant, alors qu’il aurait bien mieux valu ne pas mettre le 2ème tour avant le premier…  C’est d’ailleurs accorder aux instituts de sondages une fiabilité qu’ils n’ont pas. Mais je voudrais y ajouter un argument plus personnel :  le postulat politique sur lequel Valls se base pour proposer cette stratégie de bas étage est faux.  Car de front républicain, il ne pourrait y avoir que si et seulement si l’ennemi anti-républicain ne se retrouvait qu’au FN.  Ce fut un peu plus vraisemblable autrefois,  mais ça l’est de moins en moins aujourd’hui, depuis le passage par l’avènement du sarkozysme, et de ses idées nauséabondes, si proches de celles du parti d ‘extrême droite, dans notre pays désorienté en termes de valeurs morales. Une confusion et une explosion des digues entre la droite et ses extrêmes telle qu’il  m’apparait devoir redouter  bien davantage les fusions entre LR et FN, en plus de l’abstention que le comportement de notre classe politique nourrit.  L’ouverture de cette brèche béante dans le prétendu front républicain  a d’ailleurs permis  des transfuges de la droite vers le FN par dizaines. Il apparait en effet de plus évident à tous (hormis à Monsieur Valls manifestement… et pour cause ¹), que cette droite n’est plus celle d ‘autrefois, un peu plus digne et moins engluée dans les affaires… Celle d’aujourd’hui partage  à présent avec le FN bien des d’idées d’exclusion et de refus de l’étranger, comme les cas Morano et Estrosi l’ont amplement démontré. Quelle erreur  d’analyse profonde ce serait de penser qu’ils sont des cas isolés dans ce parti !  Je suis bien placé pour savoir que c’est entièrement faux. Les rares personnalités à droite qui résistent à cette vague idéologique inquiétante n’en font d’ailleurs que davantage mériter mon respect, malgré nos divergences politiques.

.

¹ En matière de racisme, il ne nous est pas apparu en effet qu’il soit tout à fait « blanc »… tout comme en matière d’autoritarisme (voir ici)