crétinisme médiatique et propagation des idées d’extrême-droite : l’exemple #DPDA

On peut en développer bien des exemples, de ce manque de discernement et de hauteur de vue des médias qui, à force de céder à la dictature de l’immédiateté, de l’audience et du buzz à tout prix, s’assoient allègrement sur les règles de la déontologie du journalisme, ainsi que sur les préoccupations démocratiques. Le monde des médias a  en effet,  aux yeux de beaucoup, une grande responsabilité par exemple dans la propagation des idées racistes et xénophobes, et dans la banalisation de l’adhésion aux thèses détestables du FN, qui à présent débordent sur d’autres partis de droite, quand ce n’est pas d’autres dits « de gauche », qui se penchent tellement au point d’y tomber sur les idées identitaires et de pseudo  » choc des civilisations ». La crise des migrants est venue hystériser le débat en le concentrant sur ce genre d’idées absurdes. Le FN est donc devenu, avec le précieux concours (auprès de certains apprentis sorciers politiques…) de journalistes inconscients (quand ils ne sont pas sans scrupules) le centre de toutes les attentions médiatiques. Les partis dits « de gouvernement » ne font plus à présent – et comme c’est regrettable – que se positionner en fonction des positionnements extrémistes de ce parti. Cela est apparu avec une évidence indiscutable lors de l’épisode de Moirans, où un discours ultra-sécuritaire a connu son heure de gloire, sans qu’il y ait grand monde pour s’y opposer avec suffisamment de visibilité.  Mais arrêtons nous plus précisément un instant sur le dernier en date, celui de la réception en grande pompe et tapis rouge de la grande prêtresse de l’extrême-droite française par Pujadas dans l’émission « Des paroles et des actes » ce soir. L’omniprésence du FN sur les plateaux de télé et de radio,  notamment par la fréquence incroyable des interventions de Philippot, par exemple sur BFNTV, a donné lieu à l’occasion de cette émission à une polémique intéressante. Celle-ci a connu son apogée par un courrier conjoint du 1er secrétaire du PS, Cambadélis, et de  Nicolas Sarkozy, président du parti dit « les Républicains » au CSA pour protester contre cette cinquième invitation de Marine Le Pen sur 36 émissions. Cela m’est apparu assez ahurissant dans la mesure où le discours du FN, comme je l’ai déjà maintes fois exprimé ici et ailleurs, ne se limite plus à l’extrême droite, mais a contaminé également la droite plus classique par le biais du sarkozysme, comme l’histoire raciste de Morano l’a déjà suffisamment démontré, bien qu’il ne s’arrête ni ne se résume à elle seule.   Pour répondre à cette polémique à mon sens justifiée, Pujadas s’est cru intelligent alors qu’il ne fait que se raccrocher aux branches en invitant également d’autres personnalités politiques engagées dans la course aux régionales dans la même région que Marion Anne Perrine Le Pen : Pierre de Saintignon pour le PS et Xavier Bertrand pour « les républicains ». En faisant cela, il s’enfonce encore plus. Car d’une part, c’est trop tard, le mal est fait et le FN apparait malgré tout et malheureusement comme au centre du débat compte-tenu de l’intention et du contexte déjà posés. De plus, il se trouve maintenant pris dans un autre sac de nœuds : celui  constitué par la critique virulente de cette vision politique étriquée et, il faut le dire,  assez pauvre, où le tripartisme serait l’alpha et l’oméga de la vie politique française qui ne se résume certainement pas à ces partis qui partagent la même vision économique libérale qu’ils n’ont nullement l’intention de bousculer malgré ses travers (hormis pour le FN une préférence économique nationale déclarée, dont on voit assez mal comment elle pourrait se mettre en œuvre). Ces trois partis ne représentent nullement la totalité, ni même la majorité du paysage politique français? Et déjà le front de gauche, écarté, crie au scandale. C’en est un. De plus, le jour où ces gens là auront compris qu’il serait peut-être utile d’inclure systématiquement des représentants du premier parti de France, celui de l’abstention, notre démocratie ne s’en portera que mieux.

P.S. Et en plus, la diva des fachos ose poser ses conditions… On croit rêver. C’est un cauchemar.

PS2. Le cauchemar continue… Pour Pujadas. Jamais son émission n’aura été aussi chaotique ! La diva décline la proposition de france2, et se décommande ! Caprice de star… créée par ces mêmes médias ! Vont-ils enfin se poser des questions ?

Rappelons donc à Pujadas ce qu’il disait à propos de la médiatisation du FN…